Littérature

" PAR LES RAFALES " de Valentine Imhof aux Éditions du Rouergue
La critique de Béatrice Arvet

" PAR LES RAFALES " de Valentine Imhof aux Éditions du Rouergue

Par Béatrice ARVET • Correspondante La Semaine • 20/06/2018 à 15h00

Valentine Imhof convoque musique, littérature et action dans une balade vengeresse orchestrée, pour une fois, par une femme. Cela donne un thriller haletant qui nous emmène aux confins de la folie. Ce premier roman à l'énergie suffocante, très sombre, dévoile un talent prometteur.... | suite

"Le Livre  de mes émotions" de Stéphanie Couturier et Maurèen Poignonec chez Gründ
La critique d'Anny Marzolin

"Le Livre de mes émotions" de Stéphanie Couturier et Maurèen Poignonec chez Gründ

Par Anny MARZOLIN • • 20/06/2018 à 10h15

C’est une semaine ordinaire pour la petite Simone, elle va à l’école, fait du vélo avec son papa, rencontre des camarades, fait des courses avec sa maman. ... | suite

"Va où il est impossible d'aller" de Costa-Gavras - Éditions du Seuil
La critique de Béatrice Arvet

"Va où il est impossible d'aller" de Costa-Gavras - Éditions du Seuil

Par Béatrice ARVET • Correspondante La Semaine • 13/06/2018 à 15h00

Le jeune Grec, débarquant en 1955 à Paris, avec 110 $ en poche et baragouinant quelques mots de français, n'imaginait sûrement pas qu'il deviendrait une icône du cinéma engagé, multi récompensé, reconnu dans le monde entier. Avec pudeur et bienveillance, Costa-Gavras fait le récit d'un parcours exceptionnel. Un régal pour les cinéphiles.... | suite

"Charivari" de John Yeoman et Quentin Blake chez Little Urban
La critique d'Anny Marzolin

"Charivari" de John Yeoman et Quentin Blake chez Little Urban

Par Anny MARZOLIN • • 13/06/2018 à 10h15

La journée commence bien pour le jeune héros de l’histoire : « Un beau matin, Charivari se réveilla tôt. Il était heureux car il allait se rendre chez son grand-père et sa grand-mère ».... | suite

"Ubu Roi : merdre" de Patrice Trigano, aux éditions du Mercure de France
La critique de Béatrice Arvet

"Ubu Roi : merdre" de Patrice Trigano, aux éditions du Mercure de France

Par Béatrice ARVET • Correspondante La Semaine • 07/06/2018 à 09h00

Issu d'une famille au nom célèbre et n'ayant jamais voulu suivre la voie toute tracée qui l'attendait, Patrice Trigano a eu un déclic à l'origine de sa vocation de galeriste en découvrant André Breton et le surréalisme. Il n'est donc pas étonnant qu'il se soit passionné pour l'ancêtre du mouvement, celui qui ne jurait que par " l'humour, le cynisme et l'indiscipline ".... | suite