Thionville

Restauration scolaire
Thionville dit bye-bye au plastique, bonjour à l'inox dans ses cantines

Par Arnaud DEMMERLé • Journaliste de La Semaine • 23/02/2019 à 16h30

Commentaire Envoyer Imprimer

La Ville de Thionville a profité de l'arrêt de son marché public avec Elior (remplacé par Oméga) pour mettre fin aux contenants en matière plastique dans ses cantines pour les écoles maternelles et élémentaires. Un vrai choix politique de la part de la municipalité, qui a plus que jamais fait de la santé son cheval de bataille.

Thionville joue décidément les précurseurs. Après le programme de rénovation urbaine, soutenu par l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU, voir page 18), la ville  de Pierre Cuny a décidé d'arrêter les contenants en matière plastique dans ses huit écoles maternelles et élementaires dès cette rentrée des vacances d'hiver, ce lundi 25 février. « On aurait pu attendre un peu, mais on a profité de la fin du marché public avec notre prestataire Elior pour modifier le cahier des charges et devancer la mise aux normes sanitaires obligatoire à compter du 1er janvier 2025 », explique Pauline Lapointe-Zordan, adjointe aux affaires sociales et à la jeunesse.


Comme à Strasbourg


Le plastique est dans le viseur des spécialistes depuis plusieurs années. Sous la chaleur, il peut s'avérer dangereux pour l'organisme, les barquettes produisant des perturbateurs endocriniens. Elles seront remplacées à Thionville par des bacs en inox comme c'est déjà le cas par exemple à Strasbourg depuis 2017. A Montpellier, on sait désormais que nos chères têtes blondes sont servies dans des contenants biocompostables en cellules végétales alors que des barquettes en cellulose sont en phase d'expérimentation à Toulouse.


600 enfants concernés


La Ville de Thionville a donc par ailleurs changé de prestataire, passant d'Elior basé à Epinal, à Oméga installé... à Thionville, près du KEM (l'hôpital médico-gériatrique) pour des critères techniques à 60% (prix, réchauffement, aspect environnemental, produits locaux et bios) et en raison du test gustatif à 40%. 13 cobayes (3 élus, 3 parents d'élèves, 3 enfants, 2 animateurs et 2 administratifs de la ville), dont Pauline Lapointe-Zordan ont dégusté à l'aveugle le menu des trois candidats. « Deux sortaient du lot, mais je ne sais absolument pas pour qui j'ai voté », affirme la vice-présidente du département, déléguée à la jeunesse.
Le prix d'un repas, associé aux deux heures de périscolaire entre midi et 14h, oscille, lui, entre 3,80 € et 7,60 €. « Mais il coûte en réalité quasiment 14 € à la Ville de Thionville. » Les 600 enfants peuvent s'inscrire ou se désincrire jusqu'à 9h du matin par téléphone, mail ou sur le portail familial. Au menu de leur première semaine, ils auront droit à du couscous, du sauté de bœuf aux oignons, à des saucisses de Toulouse avec purée et haricots verts, à de l'émincé de dinde sauce yakitori lors du jeudi dédié à l'Asie et à un filet de colin avec du riz pilaf et fondue d'épinards. « Même si des frites, des pizzas et des hamburgers pourront être servis à titre exceptionnel, nous sommes aussi là pour éduquer les enfants au niveau du goût.» Et désormais sans plastique.



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Elle dévore !
Elle dévore !
Les éditos
Les éditos

 

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales