Débats

Transports
A31bis : deux tracés restent en piste

Par Aurélia SALINAS • Journaliste de La Semaine • 25/02/2019 à 11h30

Commentaire Envoyer Imprimer

La consultation pour l’A31 bis arrive à son terme. Son garant Jean-Marie Stievenard dresse un premier bilan.Il ne reste plus que deux tracés au Nord mais encore beaucoup d’incertitudes.

Quel premier bilan faites-vous de cette consultation ?
La consultation existe et a existé. Elle a intéressé et fait bouger les lignes. L'administration a pris conscience d'un certain nombre de difficultés. On a des incertitudes. La consultation a été très ouverte et assez curieusement, elle s'est arrêtée de manière un peu nette. Il reste deux tracés en perspective. Celui qui passe à l'intérieur de Florange (F4) et un autre qui passe au sud de Terville (F10). Il a manqué du temps pour réfléchir à la faisabilité de ces deux tracés. Aucun des deux n'a été suffisamment rejeté ou validé. Si nous avons acté le fait que le tracé F10 ne peut pas couper la ville en deux, nous ne sommes pas allés assez sur loin sur le dessin du tracé souterrain imaginé. Ça part d'où et ça va où ? La question reste entière. La Dreal a proposé une hypothèse qui existe et qui n'est pas aberrante mais on ne sait pas vraiment si c'est jouable ou pas.


Le préfet de la Moselle a jugé la mobilisation insuffisante. Qu'en pensez-vous ?
J'ai été aussi un peu surpris par cette faible mobilisation. Nous avons programmé quatre réunions dans le secteur du nord. Une à Florange où nous avons observé une forte mobilisation et où les doutes de la population ont été clairement entendus et pris en compte. Une à Thionville où il y avait moins de monde, une à Kanfen où il y en avait encore moins et nous avons dû annuler la visite en bus avec les habitants dans ce secteur par manque d'inscriptions. Peut-être n'avons nous pas fait assez de publicité comme cela nous a été reproché.
C'est pourtant un problème qui concerne beaucoup de monde. Comment expliquez-vous ce manque d'intérêt?
Il est connu depuis longtemps à tel point qu'il apparaît théorique aux yeux de la population. On leur en parle depuis 20 ans sans que rien ne se passe. C'est difficile de se remobiliser. Mais aujourd'hui, nous sommes dans un processus réel, les feux sont au vert. Un constat essentiel a émergé de la consultation : il est absolument nécessaire de faire quelque chose. La commission Duron a revu l'ensemble des projets autoroutiers en prévision sur toute la France et a reposé l'urgence de faire cette infrastructure. Un autre enseignement de la concertation est le fait que l'aménagement de l'A31 n'est pas l'unique solution à apporter. Il faut réfléchir à un plan de mobilité global qui mêle le rail, le fluvial, le covoiturage, les bus. Il n'y a pas que la voiture pour aller au Luxembourg. Oui, il faut faire une troisième voie mais à quoi va-t-elle servir ?


La faible mobilisation peut-elle mettre en péril l'A31 bis ?
Nous ne sommes pas dans le quantitatif. Nous voulions que toutes les voix soient entendues et on a réussi à le faire.


Le principe de mise en concession de la portion est-il accepté?
Non. Entre Thionville et le Luxembourg, le péage peut se comprendre, surtout si son coût est pris en charge par les employeurs. Mais que faire pour les habitants de Moselle Nord qui ne vont jamais au Luxembourg. Comment peuvent-ils fréquenter leurs routes sans avoir à payer ? Ils doivent pouvoir continuer à bouger. Le problème des circuits de délestage si l'autoroute devient payante pose la même question.


Quelle est la suite ?
Une dernière réunion à Thionville le 27 février où beaucoup de choses vont se jouer. Tout a été mis sur la table mais il reste des choses à éclaircir. La consultation est sur le long cours. Elle s'arrêtera le jour où démarrera l'enquête publique.  Après 2015, suite au premier débat public, deux ans d'études complémentaires avaient été nécessaires. Dix tracés nouveaux ont été mis sur la table, quatre proposés à la phase de concertation qui arrive à son terme. Une autre phase d'études s'ouvre aujourd'hui pour préciser les aménagements d'un deux tracés ou des deux si aucun n'est choisi. Il faut que comme pour la première phase, des comités de suivi et de pilotage encadrent ces études. Peut-être faudra-t-il aussi revenir devant le public. Vraisemblablement, l'enquête publique ne démarrera pas avant 2020 voire 2021.

 



2 réactions

Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

Par Vigile
 • Retraité contribuable
26/02/2019 • 10:18

Ils s'étonnent de la faible mobilisation !! On croit rêver. Ça fait au moins 20 ans que le bla bla dure sans aucun résultat concret. Alors oui, ma bonne dame, on se lasse... 

Par Ucirouthe
 • Président
25/02/2019 • 23:13

Son garant Jean-Marie Stievenard ne s'appelle pas Jean-Marie, mais Jean-Michel. Je l'ai salué ce soir à la séance de de lundi, à la salle du Val Marie de Thionville. 

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Cinéblog
Cinéblog
Tout foot !
Tout foot !

 

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales