Economie

Economie
La planète régionale moins incertaine que le monde ?

Par Jean-Pierre JAGER • Journaliste de La Semaine • 20/02/2019 à 11h30

Commentaire Envoyer Imprimer

Un environnement macro-économique guère réjouissant avec une guerre économique sino-américaine, une absence de rebond dans la zone euro, une forte inquiétude sur la croissance et pourtant une nouvelle progression globale de l'activité attendue en 2019 par les entreprises de la région Grand Est. Ce sont les analyses, les projections et les chiffres de l'étude de la Banque de France 2018-2019.

En ce jeudi matin de février, la chaleur des boiseries du salon de la Banque de France à Metz n'arrive pas tout à fait à dissiper la grisaille du temps et du ciel. Denis Camillini, directeur départemental qui présente à la presse les résultats de l'enquête « entreprises » annuelle avant de les commenter plus largement cet après-midi, décrit pour le moment le paysage macroéconomique dans lequel se présentent ces chiffres. Et franchement, pas de quoi rigoler ! Le ralentissement de l'activité, constaté au niveau mondial dans un contexte de guerre sino-commerciale, est au rendez-vous.


Politique monétaire accommodante


Dans la zone euro, ce n'est pas plus brillant compte tenu des problèmes que rencontre la locomotive allemande, des perspectives du Brexit dont les conséquences seront néanmoins plus fortes là-bas qu'ici, des dissensions avec l'Italie... « Pas de signes de rebond », confirme le banquier, ce qui n'a pas que des inconvénients et justifie par exemple « le maintien d'une politique monétaire accommodante ».
Au niveau français, Denis Camillini retiendra encore « une croissance moins forte qu'en 2017 (2,3%) mais qui, avec 1,5% reste au-dessus de la barre déterminante des 1,2% ». L'investissement, qui avait été boosté l'année précédente reste conséquent selon les secteurs. Les exportations quant à elles restent faibles alors que la consommation des ménages continue à constituer un facteur essentiel. «  Il y a des signaux négatifs à court terme mais ensuite cela pourrait aller mieux. Nous restons dans un environnement de croissance mais il est délicat. »


La santé du Grand Est


Arrivons-en au Grand Est et aux résultats de cette enquête sur un échantillon de 1 792 entreprises. Globalement, tous les secteurs d'activité sont en croissance en 2018. Pour la Banque de France, le paysage économique se divise en trois grands secteurs : l'industrie, la construction et les services. «  Dans l'industrie le chiffre d'affaires est porté par le marché national et progresse de 1,5% après une bonne année 2017. Les services marchands confirment également leur tendance haussière (0,50%) mais plus faible alors que la construction augmente de 2,1%. Le niveau des effectifs s'est «  globalement consolidé » mais le niveau des rentabilités, en dehors des services marchands s'est contracté.
Si l'on reste dans l'approche globale, on constate pour 2019 un niveau du carnet de commandes qui permet aux entreprises d'annoncer une nouvelle progression de leurs activités. Significative dans l'industrie et les services, elle serait un peu plus mesurée dans la construction.


Industrie identifiante


Une approche plus précise par secteurs permet de voir que le poids de l'industrie reste significatif et présente des indicateurs toniques. C'est notamment vrai en Moselle (même si ces chiffres sont quelque peu dilués dans l'analyse régionale) où de forts investissements comme ceux de Mercedes à Hambach, PSA à Borny et Trémery, Knauf à Illange entraînent d'autres investissements chez des sous-traitants.  Les majors en effet se concentrent de plus en plus sur leur cœur de métier.
Alors que l'activité dans le secteur industriel n'avait crû que de 1,5% en 2018, les entreprises tablent sur 4,2% en 2019 et prévoient surtout une hausse de 16,6% de leurs investissements. Un mouvement qui ne se retrouve guère au niveau des effectifs (prévision à -0,8%) dans la mesure où il s'agit souvent de rationalisation ou d'automatisation. On précisera enfin que ce secteur reste très lié au marché intérieur et souffre du ralentissement des échanges mondiaux.


Construction : complexe


Dans le secteur de la construction, si l'activité a progressé de 2,1% en 2018 et qu'on attend encore une progression de 2,4 en 2019, l'emploi colle de bien plus près à l'évolution et progresse...à condition de trouver la main-d'œuvre ! Les investissements marqueront le pas (moins 17,8% prévus en 2019), d'une part parce que le rythme d'investissements n'est pas le même que pour l'industrie par exemple, mais aussi parce que le ralentissement de la construction de logements après la flambée d'il y a deux ans semble se confirmer. Celle-ci a néanmoins eu pour  mérite de reconstituer un peu les marges des entreprises jusque-là soumises à des procédures d'appels d'offres qui les étranglaient. C'est le second œuvre surtout qui a encore du pain sur la planche ! Les travaux publics, partie intégrante de cette branche, se retrouvent un cran en dessous à 1,6% de progression espérée.


Services : si tout va bien


Dans les services aussi l'année 2018 est restée dynamique après 2017 et a enregistré un progrès de 5% au niveau des chiffres d'affaires. Les effectifs ont suivi (plus 3,2%). On ne devrait pas être loin des mêmes chiffres pour 2019 mais l'investissement s'est arrêté de progresser. Les marges sont elles aussi à la baisse puisque 32% des entreprises voient celles-ci se réduire.
Et puis, comme le commerce en fait partie, impossible de ne pas évoquer la désorganisation liée au mouvement des gilets jaunes, notamment dans le secteur des grands magasins pris aussi sous le feu d'internet. Le tourisme, lui, se porte bien avec de très bon chiffres de nuitées dans le Grand Est.

 



1 réaction

Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

Par polo
 • formateur
02/03/2019 • 09:05

Chers citoyens, le monde est turbulent, inquiétant, dangereux. Mais le Grand Est veille sur vous. Contre l'incertitude du monde, les certitudes de cette belle région si unie. Que les journalistes très indépendants vous expliquent si bien. Dodo.  

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Cinéblog
Cinéblog
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Elle dévore !
Elle dévore !
Livres d\'enfants
Livres d'enfants

 

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales