Metz

L'édito de Stéphane Getto
Déjeuner avec le préfet

Par Stéphane GETTO • Directeur général et directeur des rédactions • 07/02/2019 à 10h30

Commentaire Envoyer Imprimer

L’idée n’est pas de vous parler de ma vie privée, ni de celle du préfet d’ailleurs. Mais en ces temps de défiance et de perte de confiance envers les médias, je voulais simplement lever un coin de voile sur un exercice imposé du métier: le déjeuner de presse informel.

Vendredi dernier, avec une demi-douzaine d’autres représentants de la presse écrite et audiovisuelle locales, nous étions invités à déjeuner par le préfet de Moselle Didier Martin. Une figure de style classique, qui consiste pour la puissance invitante à entretenir une relation de confiance avec des journalistes et à faire passer quelques messages de manière officielle (en « on ») ou officieuse (en « off »). Pour le journaliste invité, il s’agit aussi d’entretenir un lien de proximité avec une source, de tout premier ordre en l’occurrence, afin d’obtenir des informations susceptibles d’intéresser ses lecteurs (ou auditeurs, etc.) et des clés de compréhension sur des dossiers plus ou moins complexes.

 

Pour les esprits chagrins, ce genre de rendez-vous alimentera le procès en connivence entre médias et pouvoirs, qu’ils soient politiques ou économiques. Pour les journalistes, charge à chacun de faire preuve de responsabilité, du recul nécessaire et de respect vis-à-vis de ses lecteurs.

 

Justement, parmi les messages passés par le préfet vendredi, que restituer aux lecteurs de La Semaine ? J’en retiendrai trois. Le premier concerne la consultation publique sur l’A31 bis. Didier Martin se dit inquiet de la faible participation aux réunions de ladite consultation. Particulièrement de la part des frontaliers pourtant concernés au premier chef par le projet, et qui ne semblent pas se précipiter dans les réunions. Or, on le sait, d’autres régions font pression pour faire valoir leurs propres dossiers d’aménagements autoroutiers. Et en ces temps de disette budgétaire et de transition écologique, une faible mobilisation pour l’A31 bis pourrait jouer en sa défaveur et rétrograder le projet, qui figure encore pour l’instant sur le haut de la pile des priorités de l’Etat en la matière.

 

Deuxième sujet, il s’agit encore de consultation, mais cette fois du Grand débat national. Afin de faciliter la tenue des réunions, la préfecture a dressé une liste de 16 animateurs bénévoles (non issus des rangs de l’État), et prêts à se mettre à disposition des organisateurs. Avec une précision : leur identité n’est pas révélée et aucune liste n’est transmise, afin d’éviter pressions et menaces… Bonjour l’ambiance. Organisateurs, adressez-vous à la préfecture qui transmettra.

 

Dernier point qui a retenu mon attention, la mise en place du comité de suivi de la fermeture des hauts-fourneaux Arcelor-Mittal sur les bans communaux d’Hayange et de Rombas. Avec un enjeu foncier de taille : 50 hectares au cœur du Sillon. Le sidérurgiste se dit prêt à déconstruire et éventuellement à dépolluer. Une opportunité à moyen terme mais une réflexion à lancer à court terme avec les élus du secteur. Le préfet suit le dossier de près. C’est ce qu’il nous a dit entre la poire et le fromage.



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Tout foot !
Tout foot !
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Elle dévore !
Elle dévore !
Les éditos
Les éditos

 

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales