Economie

Énergie
Biomasse, l’énergie de l’avenir pour les régions forestières ?

Par Brigitte BOULAY • Journaliste Actu88 • 01/02/2019 à 14h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Avec une progression de plus de 20%, la biomasse est en plein boum ! Elle devient l’énergie renouvelable la plus abordable pour les habitants du Grand Est. Les forêts sont une ressource bien présente et les citoyens de la région savent ce qu’est le bois énergie.

La biomasse désigne la combustion des matières organiques d'origine végétale ou animale utilisée pour créer de l'énergie. C’est une des ressources les moins chères et les plus abondantes. En France, la forêt occupe près de 30 % du territoire et seulement la moitié est récoltée. Et les Vosges sont le 2e département en surface forestière.

 

Pour l’instant, au niveau des particuliers, les chaudières bois ont le vent en poupe. « Les nouveaux systèmes sont performants, présente Frédéric Denninger, de la société GranuVosges. Les gens ne veulent plus du chauffage fuel, ni de l’électricité, ils cherchent un système écologique, made in Vosges à partir d’une ressource locale. » Il est distributeur de poêles bois français et vend des granulés de bois vosgiens transformés à Bains-les-Bains. La solution convainc.

 

Il a enregistré une augmentation de son chiffre d’affaires de 25% en un an et affiche un planning d’installation complet jusqu’en juin. Il existe trois types de combustibles : le bois bûches, les plaquettes forestières ou industrielles et les granulés de bois, à choisir en fonction de son espace de vie, ses contraintes et son installation. Pour les granulés, il est possible de se ravitailler une fois par an. La consommation moyenne pour une famille est d’une tonne de granulés/an. L’installation revient entre 3000 € et 8000 €, (avec ou sans silo et fonction de la surface à chauffer), mais elle sera rentabilisée en moins de 5 ans en moyenne par les économies de consommations. D’autant plus que le CITE (crédit d’impôts pour la transition énergétique) est encore applicable cette année pour les chaudières bois.

Pas de surexploitation de la ressource

Pierre Pelligrini de l’Agence locale de l’énergie et du climat, observe également ce regain d’intérêt pour la biomasse. Pour l’instant, la régénération de la ressource bois est supérieure à l’augmentation de la consommation mais l’équilibre reste lié aux fluctuations des gros marchés. « Il faudra rester vigilants pour qu’il n’y ait pas surexploitation de la forêt, si la biomasse devient l’énergie privilégiée, mais il y a de la marge ! », observe le conseiller environnemental. « Dans nos prospectives sur le territoire qui a pour objectif d’être entièrement autonome en 2050, nous préconisons le développement d’autres énergies renouvelables chaque fois que c’est possible », complète Jacques Grondhal, chargé de mission du SCOT des Vosges centrales. Le SCOT préconise de diversifier les sources d’énergie renouvelables pour un bon équilibre global.

 

Quant aux particules fines, qui constituent la première nuisance pointée par les détracteurs de la biomasse, il semble qu’il y ait de gros progrès techniques. « Le filtre à manche dispose des meilleures techniques pour retenir les particules issues de la combustion et les métaux lourds provenant des bois de recyclage. » Il reste un doute sur la filtration des particules inférieures à 2,5 micromètres, (les plus dangereuses pour la santé), qui semblent trop fines pour être retenues.

Micro cogénération : à quand un tarif de rachat de l’électricité ?

Frédéric Denninger exposait au Salon Planète & Énergies, un prototype de micro Cogénération (comme celle expérimentée à l’Enstib par Yann Rogaume ingénieur de Lermab et professeur du pilote, qui transforme la biomasse en électricité mais à petite échelle). Le gaz est chauffé à 850°C pour être purifié, puis il est refroidi à 30°C et filtré. Il est alors envoyé dans un moteur qui produit 20 kWh d’électricité et 40KW de chaleur. « Le système intéresse beaucoup, parce qu’il fournit à la fois l’électricité et la chaleur et peut permettre l’autarcie ou venir en soutien d’un autre dispositif, remarque Frédéric Denninger. Le seul obstacle, c’est qu’il n’existe pas de tarif d’achat d’électricité pour la micro cogénération, comme on peut en trouver en Belgique, Autriche ou autres pays frontaliers. » Les parlementaires vont devoir plancher sur le sujet.

 

Le bois énergie est en plein essor mais ce n’est pas le seul développement de la biomasse (biocarburants, déchets, biogaz ou résidus agricoles). Pour le SCOT des Vosges centrales, 64 % du bois énergie provient du bois local. Le bois énergie industriel représente 27 % et le résidentiel 20 %. La biomasse est à l’origine de plus de 66 % de l’énergie produite à partir de sources renouvelables en France. Et les énergies renouvelables représentent 10,9% de la consommation d’énergie en France.



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Tout foot !
Tout foot !
Cinéblog
Cinéblog
Livres d\'enfants
Livres d'enfants

 

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales