Metz

Gastronomie
Guide Michelin : en Grande Région, les étoiles ne sont pas là où on les cherche

Par Jean-Pierre JAGER • Journaliste de La Semaine • 25/01/2019 à 11h45

Commentaire Envoyer Imprimer

La Lorraine perd une de ses étoiles vosgiennes sans rien gagner pour 2019 et donc sans pouvoir offrir de tables à deux étoiles comme elle l'espérait. L'Alsace quant à elle se trouve privée de son dernier trois étoiles, celui de la mythique Auberge de l'Ill. Il faudra donc aller du côté de la Sarre ou de la Forêt Noire pour retrouver les sommets avec les quatre tables « 3 étoiles ». Côté Luxembourg, les deux plus belles tables se contentent de deux macarons. Voyage au pays des paradoxes et de la cuisine dans la grande région.

En ces lendemains de révélation de la cuvée 2019 du Guide Michelin, la Lorraine boite un peu. Avec la disparition de l'étoile des Bas-Rupts dans les Vosges c'est une partie de ses repères gastronomiques depuis 39 ans qui est partie sans rien gagner en échange...ni nouveauté ni progression. Dans les Vosges il ne reste plus aujourd'hui que « Les Ducs de Lorraine » à Epinal.

Nancy : nouvelles attentes

En Meurthe-et-Moselle, Nancy avait retrouvé un peu de sa superbe en retrouvant ces dernières années deux tables étoilées intra-muros (la subtile Maison dans le parc de Françoise Mutel et Transparence de Patrick Fréchin) venues tenir compagnie à l'impeccable Château d'Adomesnil de Cyril Leclerc. Certains rêvaient même de voir ce Relais et Châteaux passer une étape et ouvrir la voie aux nouvelles ambitions de Nancy (l'hôtel de la Reine qui vise la catégorie palaces) et de Lunéville. Pas ce coup-ci... le plafond de verre lorrain des 2 étoiles sévit ici aussi.

 

La Moselle continue quant à elle à constituer le gros du contingent des étoilés en Lorraine, 9 sur les 13 mais là aussi on fait du sur place cette année même s'il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac.

 

Pour le Quai des Saveurs d'Eric Sandrini à Hagondange tout comme pour La Lorraine à Zouftgen qui a réussi l'exploit de changer de génération de chef sans perdre l'étoile, mais aussi pour Le Strasbourg de Lutz Janisch à Bitche, rester dans un rythme d'excellence est une performance. Idem, mais parfois à une autre échelle de temps pour l'auberge Saint-Walfrid de Stéphan Schneider à Sarreguemines, Chez Michèle de Bruno Poiré à Languimberg et a fortiori chez les sœurs Egloff dans leur apaisante Auberge à Stiring Wendel.

Continuer à espérer

Du côté des trois dernières maisons, l'espoir de décrocher la deuxième étoile était peut être plus fort que la crainte de perdre la première. Pour l'Arnsbourg repris il y a deux ans par Fabien Mengus et son épouse en provenance du Cheval Blanc à Lembach c'est une évidence. L'Arnsbourg a été pendant trois décennies à trois étoiles et doit, pour sa qualité culinaire comme pour son cadre en retrouver au moins deux. L'investissement de ce couple n'a de sens que s'il cultive cette ambition.

 

Ambition aussi du côté de Faulquemont au Toya de Loïc Villemin. Pas forcément la localisation la plus évidente en termes de flux routiers mais un talent fou qui permet de continuer à rêver et des reconnaissances nationales déjà obtenues.

 

Reste l'ambition de Christophe Dufossé à Metz. Là aussi, comme à l'Arnsbourg, le fantastique investissement de la Citadelle et de sa « table de Christophe Dufossé » n'a de sens qu'avec le parfum de l'ambition. L'année passée a été plus qu'occupée par la refonte du restaurant et la reconstruction de la cuisine traiteur agrémentée d'une spectaculaire épicerie. De quoi de sortir la deuxième étoile des propos mais pas de l'esprit. Ce n'est pas le genre de la maison.

Tremblement de terre

Du côté de l'Auberge de l'Ill à Sélestat comme du côté de Manigod en Haute-Savoie, fief de Marc Veyrat, l'heure était lundi et mardi à la gueule de bois. Chacun dans son registre car en Alsace on a la tête moins proche du chapeau, on encaisse et on se re-mobilise. N'empêche que de ne plus voir l'auberge des bords de l'ill, le fief des Haeberlin figurer dans la liste des trois étoiles fait tout drôle. 51 ans que cela durait ! Avec Paul et Jean-Pierre Haeberlin les deux frères, avec Marc, fils de Paul depuis plus de 20 ans.

 

Le plus grave dans l'histoire c'est que c'est l'Alsace qui disparaît de la liste des trois étoiles. Personne pour prendre le relais malgré les espoirs légitimes de Jean-George Klein passé avec panache de l'Arnsbourg à la Villa René Lalique et qui devra encore attendre en restant à deux macarons. Il se consolera en fêtant son entrée dans les «  grandes tables du monde » et en voguant en compagnie du Cheval Blanc de Lembach, lui aussi à deux étoiles.

 

Sinon, plus de Buerehiesel triomphant, maison dans le parc qu'Antoine Westermann avait hissée au firmament et que son fils Eric maintient plus qu'honorablement à une étoile. Plus de Crocodile d'Emile Jung même si la maison renaît sous des aspects plus anecdotiques (un prix du service). Plus que l'ombre des Armes de France à Ammerschwihr... Certes cela ne doit pas faire oublier quelques nouvelles arrivées mais quand même !

Firmament allemand...

Pour retrouver l'ivresse des sommets étoilés c'est paradoxalement du côté de la Sarre et de la Forêt Noire qu'il faut aller.  En Forêt Noire du côté de Baiersbronn, hameau qui concentre 8 étoiles Michelin dont le Traube Tonbach (depuis huit générations dans la famille Finkbeiner) qui avait en son temps épaté Thierry Krompholtz et garde ses trois étoiles depuis 1992. L'hôtel Bareiss qui est venu le rejoindre offre lui aussi une table 3 étoiles Michelin sous la conduite de Clauss Peter Lump alors que l'hôtel Sackmann se contente lui de deux. Et tout le monde se retrouve pour contribuer à placer Baiersbronn sur le chemin des grandes étapes de la gastronomie mondiale.

 

Si, malgré tout, la Forêt Noire continue à vous paraître lointaine, un plan B de la gastronomie allemande vous tend les bras à 70 kilomètres de Metz, à Sarrebruck plus précisément. Imaginez-vous que la curry wurst en sortant du Kaufhof n'est pas le seul moyen de s'y sustenter, pas plus d'ailleurs que les Konditorei aux chantilly ou crème au beurre gargantuesques. Deux restaurants trois étoiles Michelin vous y attendent, sauf le lundi. Faut quand même pas rigoler. Il s'agit, au Victor's Dining (un complexe avec casino) du chef Christian Bau, plus jeune chef triplement étoilé d'Allemagne et, toujours à Sarrebruck même de la Gasthaus de Klaus Erfort. Alors...

Et sérénité luxembourgeoise

Pas de folie encore au Luxembourg où Léa Linster avait ouvert la voie il y a quelques décennies (excusez-nous madame) et continue à tenir son rang avec brio. Pas de trois étoiles donc mais Mosconi, l'italien de rêve est bien calé à deux étoiles et le clin d'œil est venu l'an dernier de «  Ma langue qui sourit » de Cyril Molard.

 

Tiens, on vous racontera tout cela de plus près ces prochaines semaines. Si maintenant vous y allez avant, dites-le nous. Santé...et aux étoiles.
 

Photo :  La table de l'Arnsbourg ne manque pas de charme. Elle devra cependant patienter encore avant de retrouver une deuxième étoile puis de renouer avec son statut de 3 étoiles sous l'impulsion de Fabien Mengus en provenance d'une deux étoiles alsacien.


21 réactions

Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

Par Moien
 • Messin
01/02/2019 • 15:50

J'ai du mal à saisir cette bataille de populations en ces temps de surpopulation, surtout qu'au final cela revient souvent à attirer des populations à problèmes.

Il ne vous aura pas échapper qu'en Lorraine il y a bien plus de villes moyennes. 

Par Ludo
 • Peu importe
31/01/2019 • 22:02

Grotesque, Grand-Est vous jouez sur les mots LOL  

Par Observateur désabusé
 • Retraité de tout
31/01/2019 • 19:21

"C'était quoi déjà le sujet de l'article ?" MDR

Tout cela devient grotesque... 

Par luxo
 • Peu importe
31/01/2019 • 12:13

Greyhound vous aimez les ambiances ?? je préfère les chiffres

Le Bas-rhin c’est 19,6 milliards d’exportations par an pour 1,2 Million d’habitants
Le Rhone+Lyon c’est 20,4 milliards d’exporations par an pour 1,5 Million d’habitants

La Lorraine entière c’est 17 milliards pour 2,4 million d’habitant, c’est loin d’être mauvais mais vous être clairement en dessous, à titre de comparaison le Haut-rhin fait 15 milliards pour 700 000 habitants, sans compter que les alsaciens travaillent 2 jours de moins LOL

Lyon veut être deuxième partout, elle y est arrivée dans beaucoup de domaines notament dans le “show off” par exemple mais pas dans tous, votre “connaissance du terrain” vous embourbe, d’ailleurs Marseille est plus grosse que grande, elle n’a pas l’homogéneité de Lyon, et parmi les attributs de Strasbourg que d’autres villes n’ont pas, il y a bien plus que le Conseil de l’Europe mais je ne ressens pas le besoin de vous éclairer plus.

Beaucoup de grandes métroples françaises ont crée le vide autour d’elles si Strasbourg ne fait pas 1 million d’habitants c’est que la plaine d’Alsace a su garder une qualité de vie très souvent remarquable avec un niveau de vie élevé et un taux de chômage bas, , de plus il faudrait prendre en compte la partie allemande qui est totalement négligée dans les rapports nationaux, et si Metz et Nancy ont atteintes un niveau de population un temps soit peu respectable c’est en vidant la Meuse et les Vosges, transfert de population dont on voit clairement les limites dans les derniers rapport démographiques.
Alors si Strasbourg est un village alors il n’y a que 4 ou 5 villes en France et elles ne sont certainement pas en Lorraine.

Vous manquez de nuance pour un adepte du panégérique (sic), quand j’écris que Metz et Nancy n’ont rien que Strasbourg n’a pas, ce n’est bien sûr pas le cas de l’inverse… mais je vous y laisse tout le temps d’y réfléchir


Messin,

peut-être que les citoyens lorrains n’en voulaient mais ça fait 20 voire 30 ans que Rossinot appelle la fusion du Grand-Est de ses voeux, Masseret dans une moindre mesure aussi et l’ancienne Maire de Thionville Mme Grommersch a “fêté” le vote de la loi de fusion.



Best regards, Meilleures salutations, Mit freundlichen Grüßen,
 

Par GREYHOUND
 • Observateur
31/01/2019 • 11:50

Bonjour à tous,

Tout est dit, même bien dit par Pat7111,j'approuve.

Cependant, je n'ai jamais entendu dire et jamais vu un quelconque texte sur une éventuelle fusion de la Normandie et de la Bretagne, encore moins avec le Val de Loire comme troisième partenaire.

Je vais consulter les archives !

Avec le président de la région Normandie, Hervé Morin, ce n'est pas sa tasse de calva qui va le faire changer d'idée, pour lui la Normandie c'est la Normandie, rien que la Normandie et ses cinq départements, une capitale - Rouen -, seule métropole de la région, Caen ne pouvant sérieusement rivaliser avec Rouen.

Les messins ont certainement garder un bon souvenir d'Hervé Morin : c'est lui, à l'époque ministre de la Défense, qui a supprimé les militaires à Metz, notamment la BA 128 afin de faire plaisir à son proche ami de Luxeuil, territoire d'une autre importante base aérienne en perte de vitesse et aussi regonfler la base aérienne d'Evreux, sur sa propre circonscription électorale, comme c'est surprenant !

L'Alsace aux alsaciens, la Lorraine aux lorrains, la Normandie aux normands !

Merci à "LA SEMAINE" et à mon ami JPJ 

Par pat7111
 • alsacien
30/01/2019 • 22:21

@Moien,

Je ne songe pas à intervenir dans votre journal quand il parle de Metz, Thionville et la Moselle.

Il a évidemment aussi le droit de parler du pays Basque, de la Corse, des Kergelen, ou de l'Alsace.
C'est dans ce cas que je me permets d'intervenir, pour corriger une erreur factuelle mais surtout pour contester la grantestisation qu'il sous tend.

La gastronomie est un aspect de plus - anecdotique peut-être - qui montre le côté artificielle de la construction.

Et si vous êtes contre le Grotesque, je vous invite à vous manifester auprès de vos élus, en ces temps de Grand Débat et de remplissage des cahiers de doléances, pour qu'on en sorte. Le plus tôt et avec le moins de chicaneries sera le mieux pour tout le monde. 

Par pat7111
 • Alsacien
30/01/2019 • 22:05

@Greyhound,

C'est parfait, vous êtes en train de comprendre.

Alors disons que cette fusion impossible de la Bretagne et de la Normandie, idiote, contre nature, orthogonale à la volonté populaire et au bon sens , ne correspondant à aucune réalité historique, géographique, culturelle, économique on vous l'impose quand même.
Sans oublier un troisième partenaire, contre lequel vous ne nourrissez aucun animosité mais aussi avec lequel vous ne partager aucune affinité ni intérêt commun.

Ajoutez la trahison de certains de vos élus, qui d'abord se battent, manifestent, font des pétitions, construisent les meilleurs argumentaires, envoient des mails à leurs pétitionnaires jusqu'à la veille des élections, appellent leur famille politique "à faire de l'abrogation de la loi territoriale un point central de leur programme"... puis retournent leur veste et jettent leurs convictions aux orties comme un mouchoir usagé et font des procès en sorcellerie pour ceux qui avancent les arguments qu'ils défendaient avant (je parle de Jean Rottner, si vous n'avez suivi tous les hoquets de ses postures ), en présentant maintenant la loi dont il appelait l'abrogation et qui maintenant lui permet d'être un petit roitelet comme si Moïse l'avait ramenée du Sinaï, gravée sur les Tables de la Loi par le Tout-Puissant.

Au passage, vous pouvez vous demander ce que de tels individus, avec une telle cohérence, honnêteté intellectuelle et souplesse dorsale auraient pu donner dans une région au passé quelque peu tourmenté quand la victoire semblait avoir choisi son camp....

Vous voilà donc à peu près armé pour sonder le caractère urticant et émétique de tout ce qui se présente sous les oripeaux du Grotesque et son minable logo couleur de Schtroumpf.

Ensuite, vous pourrez dresser l'oreille aux beaux discours qui se tiennent dans la Patrie auto-proclamée des Droits de l'Homme. Avec quel empressement on s'engage pour telle population menacée. Par exemple, imaginez que le Canada fusionne le Québec avec les provinces voisines... Toute l'intelligentsia sera sur le rempart pour défendre les minorités francophones opprimées. Dressez l'oreille aux discours sur "le pacte girondin", l'acte 2, 3 ou 4 (je ne sais où on en est...) de la décentralisation, l'administration au plus près des préoccupations du citoyens, la correction de ce qui ne va pas dans la loi NoTre, le Grand Débat, les cahiers de doléances... etc
Puis sort le projet de loi du bidule qu'on vous a concédé pour constater qu'une fois de plus, on vous a pris pour des idiots avec des compétences qui restent entièrement subordonnées au bon vouloir du machin.

Et mettez vous dans votre future peau de Grantoustien, région artificielle et factice, dont on a dessiné les frontières comme celles d'un pays colonisé au XIX et dans laquelle on fait appel au préfet (breton...) pour qu'il fasse des propositions pour appaiser les indigènes, en posant comme principe de base qu'on ne touchera pas à la racine du problème, à savoir la fusion imposée.

Vous commencerez alors aussi à mesurer le ressentiment qu'on peut avoir contre l'Etat. Tout ça, pour une réforme qui obtient des résultats contraires aux objectifs d'économies et de simplification qu'elle poursuivait et qui crée des problèmes là où il n'y en avait pas.

Bonne nuit en Normandie, en Lorraine, in min geliebte Elssass et GE delenda est ! 

Par Moien
 • Messin
30/01/2019 • 21:34

A Pat l'Alsacien

Cet article s'adresse aux Lorrains (rubrique Metz d'un média lorrain). Donc oui la forêt noire peut nous paraitre loin.

ET nous ne souhaitons pas plus que vous faire parti d'une région Grand Est avec la Champagne ou l'Alsace. 

Par GREYHOUND
 • Observateur
30/01/2019 • 19:21

Bonsoir à tous,

À Luxo :

Revoyez vos cahiers, Lyon n'est pas la deuxième ville de France, c'est Marseille qui tient le rang !

À part le Conseil de l'Europe, Strasbourg n'a rien d'autre de plus, de mieux ou d'équivalent à Lyon.

En parcourant Lyon on se sent véritablement dans l'ambiance caractéristique d'une grand métropole européenne, Strasbourg est un grand village à côté !

Vous écrivez : "Metz et Nancy n'ont rien que Strasbourg ne possède pas", si je comprends bien les trois villes sont à égalité, mêmes équipements, mêmes institutions, mêmes fonctionnalités, etc ...!
Écrit par un ardent défenseur de la cause alsacienne je suis très surpris !

Peu importe votre réaction, continuez à bien soutenir l'Alsace mais de grâce laissez tranquilles lorrains et messins face à leur sort et à leur avenir prometteur.


À Pat 7111 :

Votre commentaire est particulièrement intéressant et reflète bien les réalités du terrain que vous semblez bien connaître, merci pour les précisions.

Par contre, vous connaissez l'Histoire, il ne sera jamais possible, c'est même inimaginable, d'unifier la Normandie et la Bretagne, depuis des siècles que normands et bretons se détestent pour une simple raison : le Mont Saint-Michel qui est en territoire normand depuis toujours, il est en Normandie et jamais les normands n'accepteront de le partager avec les bretons !

Rouen capitale de la Normandie, Rennes capitale de la Bretagne, c'est très bien ainsi !

Je m'égare, revenons à l'Alsace - Lorraine.
Oui, un mariage forcé ne peut pas être heureux !
C'est aussi con pour nous les normands que cela l'est pour vous du Grand-Est !

Salut JPJ 

Par Luxo
 • Peu importe
29/01/2019 • 21:11

Lyon est la seconde ville du pays mais elle est loin d’être omnipotente, Strasbourg a des attributs que Lyon n’a pas et vice versa mais Metz et Nancy n’ont rien que Strasbourg ne possède pas. 

Par Pat7111
 • Alsacien
29/01/2019 • 19:46

@GREYHOUND
En phase sur un point : forcer l'Alsace etait une foucade d'un président qui raconte avec une franchise candide comment "armé d'un crayon et d'une gomme", Lui Président a redessine un soir la carte de France sur un coin de table en partant de l'idée fausse qu'il fallait de grandes régions pour aller mieux (en Moselle, on pourrait lui parler de la Sarre, plus petite que le seul Haut-Rhin...) et omettant les bas calculs électoralistes pour aller embêter la camarade Martine.
Pour ce que l'Alsace y a gagné, voUS êtes blagueur ou mal informé. Strasbourg a eu la prefecture. What else ? Pierre Klein à fait le décompte de ce qui a bougé. Croyez le ou pas, c'est étonnamment dans le centre plutôt qu'à son extrémité orientale que cela se concentre.... Qui l'eût cru, qui l'eût dit ?
Jean Rottner, impétueux opposant avant de retourner pitoyablement sa veste !!

Et si vous Normand, vous pouvez très bien vous une idée de ce qui est arrivé.
Imaginez que demain, on fasse diséparaitre la Bretagne, la Normandie et par exemple le Val de Loire dans une région Grand Ouest. Le président déclarera sur le ton de ma blague "La Normandie ? Mais ça nexiste plus!" Seriez opposé à cette opération ? Vous voilà un méchant réactionnaire identitaire replie sur vous et attentant au vivre ensemble. (On peut continuer dans la logorrhée boboisante...). A la Flèche, on railler à le tropisme maritime des Bretons (nous on est trop rhénan. ..)
C'est très con ?? Oh que oui.
C'est triste ? Aussi. Un mariage forcé ne peut pas être heureux. 

Par GREYHOUND
 • Observateur
29/01/2019 • 17:41

Bonjour à tous,

Réponse à Luxo :

L'exalté placé sur orbite de je ne sais de quelle planète lointaine se fait un grand plaisir de vous dire, avec humour et philosophie, que tout homme qui s'ennuie dans une planète passe sa pauvre vie à en aller chercher une autre !

Vous êtes sévère avec mes amis de "LA SEMAINE" en traitant de blog de presse de troisième zone leur système de communication entre leur rédaction et les lecteurs. Ce support est le parfait résultat d'un homme qui s'est défoncé pour arriver à ce que "LA SEMAINE" soit aujourd'hui un important organe de presse régional, hommage à mon ami Jean-Pierre Jager et longue vie à son journal.

Je ne suis pas commissaire-politique, peut-être dommage, mais simplement de la même profession que JPJ, pas au "Figaro", seulement dans un grand média de la presse radio et télévisée française.

Entre amis et confrères nous avons aussi une déontologie et savons nous exprimer pour nous défendre.

Un peu d'humour ne fait pas de mal, ainsi j'aime cette citation de Raymond Queneau : "L'humour est une tentative pour décaper les grands sentiments de leur connerie" (Les œuvres complètes de Sally Mara). On ne réussit pas systématiquement, en effet vous n'aviez pas perçu mon allusion entre Haeberlin et Starck comme une perle d'humour !

Oui, l'Alsace aux alsaciens, oui Strasbourg capitale de l'Alsace mais encore très loin d'être l'équivalent de Lyon dans le Grand-Est, peu importe comme dirait ...

Salut JPJ 

Par luxo
 • Peu importe
29/01/2019 • 14:24

Vous savez Greyhound, l'image de l'Alsace est bien plus ternie par le Grand-est que par des commentaires sur un blog de presse de troizième zone, d'ailleurs les votres sont de parfaits exemples d'un exalté placé sur orbite de je ne sais de quelle planète lointaine.
La seule chose ou vous avez raison concerne le retrait de l'Alsace du grand-est, si la Lorraine ne fait pas de même, elle rejoindra la Lotharaingie et l'Austrasie dans les oubliettes de l'Histoire et c'est à ce moment là que vous comprendrez votre douleur, ni Metz ni Nancy ne seront le Lyon du Grand-Est.
Quant à Haeberlin, qui fait les frais d’un guide Michelin aux abois et qui avait besoin de couper des têtes pour faire le buzz et espérer relancer ses ventes, il a mieux à faire que de se pavaner dans un hotel franchisé qui se battra en duel avec un centre commercial et une coquille vide dont le contenu se décide par les trop plein du vrai centre Pompidou. 

Par GREYHOUND
 • Observateur
29/01/2019 • 11:15

Bonjour à tous,

Vu de chez moi à Paris et en Normandie, je suis particulièrement déçu en lisant les propos de certains commentaires de lecteurs mosellans et alsaciens. Ils ne donnent pas du tout une bonne image de votre région.

Je crois encore qu'il ne fallait surtout pas inclure l'Alsace dans la région Grand-Est, les alsaciens ont un esprit de "chapelle" très fort, la preuve ils réclament leur autonomie depuis bien longtemps.

De plus ils sont franchement gagnants, pour cela il suffit de compter le nombre impressionnant d'institutions du public comme du privé qui ont été transférées à Strasbourg au détriment de Metz, Nancy et Reims, une injustice de plus de la part de nos élus !

"Vivre ensemble", lorrains, alsaciens et champenois semble impossible, mais qui aura le courage pour remettre en place l'Alsace aux seuls alsaciens ?

Chers lecteurs, avant que l'Alsace retrouve son autonomie, continuez vos querelles écrites, ça m'amuse de vous lire !

Je suggère aux chefs Haeberlin de s'inscrire sur la liste des prétendants au futur restaurant gastronomique de l'hôtel Starck, des étoiles bien placées !

Salut à mon ami JPJ qui, je le lui pardonne bien amicalement, a osé déménager l'Auberge de l'Ill à Sélestat ! 

Par Observateur désabusé
 • Retraité de tout
28/01/2019 • 19:15

A lire certains commentaires je me demande comment la "capitale" européenne peut être Strasbourg…

Comment vivre "ensemble" avec tant de "haine" ?...………. Affligeant !

Il est vrai qu'au risque de me répéter il faut, selon un éminent responsable alsacien, "deux lorrains pour faire un alsacien"… 

Par Pat7111
 • Alsacien
28/01/2019 • 08:40

En résumé, ce que sous tend l'article et qui donne de l'urticaire c'est la grandestisation qui se poursuit, inlassablement... 

Par Pat7111
 • Alsacien
28/01/2019 • 08:27

Je n'ai pas d'opinion sur la pertinence du retrait de l'étoile, n'ayant jamais mis les pieds dans un établissement de ce genre.
Ma correction géographique est factuelle. Quand un journaliste se compare aux autres sources d'information, en général il se trouve meilleur car lui "il verifie ses informations" - ou pas...

Concernant le Grotesque, la pseudo region artificielle et factice dont nous ne voulons pas, vos dires confirment qu'elle créée un problème identitaire et une acrimonie la ou il n'y en avait pas , sans pour autant régler aucun des problèmes que la réforme était censée résoudre (économies, simplification. ..)
Comme vous rappelez que ce n'était pas non plus votre voeu, en ces temps de Grand Debat centré entre autres sur le thème "Démocratie et citoyenneté " - beaucoup de choses à dire quant à une réforme inutile et imposée contre l'avis de 80% des Alsaciens - maintenant que le président a levé la contrainte dintangibilite de la loi NoTre qui a biaisé le rapport Marx, là mission Gourault et les accords de Matignon, je vous invite, chere Messine a prendre la plume et reclamer de sortir de ce mariage contre nature car la mariée non consentante devient insupportable. Après c'est à la Lorraine et à la Champagne de voir s'ils souhaitent poursuivre ensemble ou pas, c'est votre affaire.

Cela libérerait aussi ×vosx élus, Mme Debord, M. Bohl, M. Masseret etc. pour s'occuper de vos affaires et pas des nôtres.

Bonne journée en Lorraine, et GE delenda est 

Par Messine
 • Retraitée
27/01/2019 • 21:15

Même autour d’un beau moment de partage épicurien... vous avez toujours une critique à formuler pour vos voisins lorrains qui eux aussi n’ont pas demandé à être assimilé aux alsaciens.
Quand à la perte d’une étoile par la famille Haeberlin elle est peut être justifiée.....
Trop habituée à recevoir les « grands » certainement. 

Par seb
 • Alsacien aussi
26/01/2019 • 13:24

Pat7111 a parfaitement raison ! 

Par Observateur désabusé
 • Retraité de tout
25/01/2019 • 20:06

Le scandale du Guide Rouge !

Pour ce qui me concerne :

J'ai vécu l'aventure de "l'Arnsbourg" depuis plus de 50 ans. Merci à JG et K Klein et à leur maman pour les purs moments de bonheur procurés au fil des décennies… jusqu'à la consécration suprême… Merci à eux d'en avoir fait un des 3 étoiles les plus abordables de France ! Le Guide est injuste aujourd'hui avec JG K à la Villa Lalique ! Mais, avec beaucoup d'autres, je reste fidèle à sa cuisine ! Encore de beaux moments en perspectives à prévoir dans les prochaines semaines...

Les successeurs de JG Klein ne déméritent pas à L'Arnsbourg. Ici il ne s'agit que de réglages pour atteindre une autre marche du podium…


Comme pour beaucoup d'autres, le Guide Rouge n'est plus une référence incontournable… J'ai pu le vérifier en diverses occasions... 

Par Pat7111
 • Alsacien
25/01/2019 • 19:18

Pour votre parfaite information - même s'il me paraitrait normal que vous vous renseigniez avant de publier- l Auberge de l Ill ne se trouve pas à Selestat (67) mais à Illhauesern (68). Ça doit être dur à prononcer en grandestien. ..
Si, la Forêt Noire vous paraît trop lointaine, c'est que l'Alsace l'est aussi ... Pour nous, on la voit de la fenêtre et on y est bien plus vite qu'en Lorraine.

Alors, parlez de l'Alsace dans votre section tourisme mais par pitié ne nous embrigadez pas dans une rubrique de gastronomie grandestienne. 

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Tout foot !
Tout foot !
Les éditos
Les éditos
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Cinéblog
Cinéblog

 

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales