Metz

Santé
Laurent Dap veut changer l’image de l’ordre des médecins

Par Aurélia SALINAS • Journaliste de La Semaine • 21/01/2019 à 14h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Il a été élu le 19 avril 2018. Depuis cette date, Laurent Dap est le nouveau président du conseil de l’ordre des médecins de la Moselle. A 64 ans, ce médecin libéral messin veut changer l’image de cette institution en allant davantage sur le terrain à l’écoute aussi bien des médecins que de leurs patients. Il doit également anticiper un phénomène inquiétant : au cours des cinq prochaines années, 30% des médecins mosellans vont partir en retraite.

Remettre de l’ordre dans l’ordre. C'est ce qu'a souhaité accomplir Laurent Dap lorsqu'il a décidé de se présenter à la présidence du conseil de l'ordre des médecins de la Moselle. « On ne faisait pas assez de terrain, nous n'étions pas assez visibles. » Ce constat et la manière de s'en extraire lui ont permis d'être élu en avril 2018. Durant six ans, ce médecin libéral de 64 ans exerçant à Metz n'avait jusque-là été « qu'un conseiller ordinal de base ». Avec d'autres, il voulait changer les choses et l'image de cette institution. Une révolution qui commence par une petite précision historique. « Certains disent que l'ordre des médecins a été créé par Pétain ce qui n'est pas le cas. En 1791, la loi Le Chapelier supprime les corporations. N'importe qui pouvait alors pratiquer la médecine. En 1935, le Sénat vote la création d'un conseil de l'ordre des médecins. Le Front populaire l'abroge. En 1940, Pétain refait voter la loi, de Gaulle l'annule trois ans plus tard. En 1945, le conseil de l'ordre des médecins est créé suite à une loi portée par un ministre communiste du gouvernement du général de Gaulle. »

 

Selon Laurent Dap, ce sont surtout les médecins qui véhiculent cette image. Du côté du grand public, on associe plus volontiers l'ordre à une assemblée corporatiste où les médecins parlent aux médecins et où ils se soutiennent entre eux. « C'est faux, il y a des suspensions tous les jours. Nous sommes aussi-là pour écouter les patients », corrige Laurent Dap. « L'ordre n'est ni une association ni une administration mais une institution de droit privé chargée d’une mission de service public », rappelle-t-il. Même si bien sûr, l'ordre des médecins est d’abord là pour épauler les médecins dans leur profession.

Carences médicales à Sierck, Bitche et dans le Saulnoy

Alors qu'une nouvelle année s'ouvre, Laurent Dap fixe trois missions essentielles. Dans les cinq années qui viennent, 30% des médecins mosellans...

 

La suite de cet article est réservée à nos abonnés. Déjà abonné ? Connectez-vous sur notre espace numérique et feuilletez notre numéros 709 en Moselle. Sinon abonnez-vous.



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Cinéblog
Cinéblog
Tout foot !
Tout foot !
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log

 

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales