Nancy

L'édito de Pierre Taribo
Le match des bilans

Par Pierre TARIBO • Journaliste de La Semaine • 05/07/2018 à 18h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Il faut s’y faire et s’en désoler. Dès qu’il s’agit d’impôts ce pays devient maboul. Ce n’est pas une découverte. Le nouveau monde n’y change rien. On se demande même si ce n’est pas encore pire. L’épisode que nous livre le gouvernement d’Edouard Philippe avec la suppression de la taxe d’habitation est édifiant. On part d’une promesse électorale non chiffrée aux modalités d’application incertaines, on bidouille un processus pour tenir cet engagement et hop, on se prend les pieds dans le tapis, exactement comme l’ancien monde.

Le tour de passe-passe, simple comme un liquide déversé dans un récipient sans fond : la suppression de la taxe d’habitation sera financée par le déficit. Non, on ne rêve pas, l’Etat soi-disant vertueux qui contractualise avec les collectivités locales auxquelles il donne des leçons de gestion, a recours à la plus vieille et à la plus dangereuse des recettes, celle qui annonce les impôts de demain.

 

Le matraquage fiscal, tant décrié sous François Hollande se poursuit avec un mélange de mauvaise foi et d’inconscience qui transforme le ralentissement promis en accélération. Si bien que si on faisait le match des bilans en ce domaine, Emmanuel Macron serait sifflé hors jeu comme Nicolas Sarkozy et François Hollande avant lui. Consternant, surtout si l’on tient compte de la situation économique. Nicolas Sarkozy a dû gérer la crise financière, François Hollande celle de l’euro. Pour résumer, l’un s’est vu contraint d’affronter la grande récession de 2008-2009, l’autre un lourd problème européen. Le premier a d’abord voulu alléger le fardeau à travers la défiscalisation des heures supplémentaires, la réduction des droits de succession et de donation. A l’inverse le second a  d’emblée forcé sur les hausses : impôt sur le revenu, TVA, cotisations retraites, imposition du capital. Puis sous l’effet des contraintes,  Nicolas Sarkozy  s’est vu dans la nécessité de revoir sa stratégie, alors qu’en deuxième partie de mandat, François Hollande diminuait légèrement les prélèvements.

 

On voit bien que ce genre de pressurisation par l’impôt, est l’arme sinon fatale plutôt facile. Sauf que cela porte préjudice à l’économie. Justement sur ce point précis, il y a des chiffres à effet retard qui valent la peine d’être examinés. Ainsi selon l’Insee, 300 000 emplois ont été créés entre 2013 et 2017. Le pacte de responsabilité et la prime à l’embauche portent leurs fruits. Ce que ne manquera pas d’exploiter François Hollande qui poursuit sa tournée de dédicaces en se disant que l’heure de vérité, ne tardera plus à sonner. Trop tard pour qu’il en tire bénéfice, mais suffisamment tôt pour qu’il décoche quelques coups de griffes au hussard du changement qui serait bien en train de nous faire un retour sur le passé, du style anciennes méthodes et vieilles ficelles.

 

Au fond, Emmanuel Macron fait l’expérience du quinquennat qui entretient la pression, favorise les trous dans la clairvoyance et la cohérence des choix, entretient les contradictions et dérègle le fonctionnement du régime.

 

Ce n’est pas une raison pour accroître les déficits, transformer  la fiscalité en malédiction des gouvernants et par ricochet des contribuables, lesquels alternance ou pas, dégagisme ou non, ont vocation à fiscalement dérouiller.

 

De toutes façons pour chaque président de la République vient un moment où l’on ne peut plus tricher, atermoyer, balancer entre des positions contradictoires. Cette histoire de taxe d’habitation est en train de tourner au mélodrame. C’est la nouvelle et absurde démonstration que sans une vraie réforme de la fiscalité, la France éternelle ploiera encore longtemps sous l’impôt. C’est le B.A.-ba. Le nouveau monde aurait dû le savoir.



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Cinéblog
Cinéblog
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Les éditos
Les éditos
Tout foot !
Tout foot !

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales