Culture

Culture
Nancy : et si on échappait à la Fête de la musique ?

Par Baptiste ZAMARON • auteur • 21/06/2018 à 14h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Vous maudissez son créateur, Jack Lang ? Les mauvaises notes, accords qui frottent ou voix brisant même les verres en plastique vous effrayent ? Pas de panique, La Semaine a dégoté pour vous quelques idées pour survivre à la 37e édition de cette fête.

On pourrait croire que la Ville de Nancy fait la sourde oreille. Bien difficile de trouver un programme récapitulatif des festivités programmées par les différentes entités sur la cité ducale pour ces journée et soirée du 21 juin. Même constat sur le dispositif de sécurité sur lequel l’adjoint Gilbert Thiel reste muet. Ce qui est rare pour le personnage ! « La fête de la musique est un événement fondé sur la liberté de s’exprimer culturellement. Il n’est donc pas nécessaire d’établir un programme mais plutôt de laisser la population créer et s’exprimer sans institutionnaliser. Le dispositif de sécurité reste identique à celui de l’année passée : même périmètre fermé et mêmes prescriptions pour permettre l’intervention des secours. Le but ? Laisser s’exprimer la culture en garantissant que cela se déroule dans les meilleures conditions possibles. » Malgré toute cette bienveillance et un cadre défini, pour ceux qui souhaitent fuir tout ce vacarme programmé, des alternatives restent possibles. Petit guide de survie.

« Uniquement le chant des oiseaux tu entendras ! »

Plus longue journée de l’année, le 21 juin rime nécessairement avec un temps plus important passé en extérieur. Depuis le 1er juin, l’ensemble des parcs de la métropole du Grand Nancy ont adopté leurs horaires d’été. Il est donc possible de se prélasser sur les pelouses et profiter de la fraîcheur naturelle jusqu’à 22h30 pour la Pépinière et le Parc Sainte-Marie ou 21h pour les autres poumons verts de plus petite taille.

 

Bercés par le chant des oiseaux et l’odeur des fleurs plutôt que par les effluves d’alcool, il est possible que le sommeil guette car après tout, il faudra se lever le lendemain ! Une fois ces horaires passés, pourquoi ne pas prolonger cette sensation en se réfugiant dans une chambre de la Maison de Myon ? La maison d’hôte de charme a beau être situé à deux pas de la cathédrale, le calme y règne. Les visiteurs répondent aussi au nom d’oiseaux, puisque ces petites bêtes viennent nicher dans les arbustes de la cour et au sein de la majestueuse glycine de l’entrée de l’hôtel particulier. Aucun risque d'être dérangé le lendemain matin au petit-déjeuner par le balai des véhicules de nettoyage, mais plutôt par le soleil qui vient baigner la cour dès les premières lueurs du jour.

« Uniquement de la culture et au souvenir tu réfléchiras »

Si la soirée se veut être culturelle, nombreuses sont les distractions possibles autour de ce champ. La culture permet aussi de prendre du recul, d’observer, de lire et de faire évoluer les comportements, pour ne pas oublier. C’est notamment le cas avec deux productions différentes mais relatant le même sujet : les attentats. Le Lambeau de Philippe Lançon, journaliste à Charlie Hebdo témoigne dans son livre poignant de sa peur, sa sidération et sa douleur au cours de trois mois de greffes à la Pitié-Salpêtrière suivis de six autres aux Invalides après sa défiguration lors de l’attentat du journal satirique.

 

13 Novembre : Fluctuat Nec Mergitur, réalisé par Gédéon et Jules Naudet, est depuis le début du mois sur la plateforme de streaming, Netflix. A travers le témoignage de quarante victimes, des forces de l’ordre, personnalités politiques, le récit de l’attaque du Bataclan se retranscrit dans un foisonnement de récits qui, entremêlés, reconstituent le déroulement des événements avec une précision chirurgicale. Des anecdotes aussi apportent des moments de respiration au milieu de l’horreur.

« Uniquement aux invitations de l’État tu répondras ! »

A la préfecture de Meurthe-et-Moselle tout d’abord, où dès 19h30 plusieurs concerts sont organisés et ouverts au public dans le salon Albert Lebrun. Le groupe de jazz Synoptik 4tet, lauréat en février 2018 du tremplin jazz Grand Est, l’ensemble de violons, altos et autres violoncelles La Folia lui succédera dès 21 h et exécutera un répertoire classique jusqu’à 22 h 30. Pour agrémenter cette soirée, la sécurité routière mettra à disposition des spectateurs un bar sans alcool.

 

20h-minuit. Palais de l'Élysée. Pour les amateurs de musique électronique, comme pour ceux qui seraient impatients de voir la Cour d'honneur transformée en dancefloor, le TGV n’attend que vous ! La Présidence de la République organise pour la Fête de la musique jeudi soir, un concert d'électro ouvert à tous sur simple inscription en ligne, bien que les 1 500 places soient déjà écoulées évidemment. Le concert réunira deux grands noms de l'électro : Kavinsky qui avait mixé depuis le balcon de l’hôtel de ville de Nancy en 2013 et Busy P, alias Pedro Winter, premier manager de Daft Punk.

 

Ils seront aux côtés de jeunes artistes et producteurs comme Chloé, une des rares femmes de la scène électro française qui s'exporte, Cézaire, orienté funk et hip-hop, et Kiddy Smile, une artiste new-yorkaise en vogue.

 



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Cinéblog
Cinéblog
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Les éditos
Les éditos
Tout foot !
Tout foot !

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales