Economie

Ville
L'attractivité, la bataille sans frontière aux Assises du centre-ville à Metz

Par Gaël FORMENTIN • • 15/06/2018 à 09h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Irlandais, portugais ou français, peu importe la nationalité ou le calibre des villes, les élus invités à témoigner aux Assises Nationales du centre-ville partagent des problématiques similaires en matière d'attractivité. Tourisme, économie, urbanisme, culture, stationnement : du nord au sud de l'Europe, chacun cherche la parade qui saura redonner un second souffle aux cœurs.

Du nord au sud de l'Europe, la plupart des villes de taille moyenne font face aux mêmes phénomènes. Autour de la table, dans l'Arsenal quasi comble, les témoignages comme des carnets de voyages fusent en trois langues et se recoupent drôlement. Originaires de France, d'Irlande ou du Portugal, les élus invités dans le cadre des Assises Nationales du centre-ville racontent la démographie en berne, la vacance commerciale et les logements vides. Les causes diffèrent, mais produisent partout les mêmes effets. Chacun raconte aussi l'amour inconditionnel porté à son territoire, la richesse de son patrimoine, son histoire et les initiatives, parfois originales, mises en place pour enrayer la spirale du déclin, dont voici quelques extraits.

Logiques opposées

A l'image des villes mosellanes qui voisinent avec le Luxembourg, les villes de Naas, en Irlande et Amarente, au Portugal, subissent les conséquences de la proximité avec d'autres géants. Naas, commune de 21 000 habitants, se situe sur la route de Dublin, dans la périphérie ouest de la capitale irlandaise. Emplois, centre commerciaux géants... Naas peu à peu se transforme en banlieue chic et dortoir. « La ville s'étire en longueur, autour d'une voie principale peu à peu désertée par les habitants et les commerces », détaille Robert Power, son maire. « Depuis 2008, paradoxalement, nous connaissons une pénurie de logements. Notre objectif est de redensifier le centre, tout en respectant les équilibres et la mixité sociale. »  

 

En plus de donner un coup de pouce de 1 500 euros aux commerces de proximité qui entreprennent de rénover leur façade, la petite bourgade expérimente la gratuité du parking le samedi, mais également en semaine, matin et soir, de manière à permettre aux parents qui déposent et récupèrent leurs enfants à l'école, de faire quelques courses. « C'est nouveau, cela semble fonctionner », détaille Robert Power, « mais cette logique se heurte à notre volonté de limiter la circulation. »

Capter et captiver

Bien plus au sud, Amarente, 56 000 habitants, compose avec l'ogre Porto, devenu en quelques années une des destinations touristiques phares d'Europe, faisant jeu égal avec Lisbonne. A seulement 60 kilomètres, Amarente a vu sa population fondre : 27% d'habitants en moins ces vingt dernières années. Plus de 20% de ceux qui restent travaillent dans la « capitale du nord ».

 

« Nous sommes un village plein de potentiel », assure José Luis Gaspard, « nous avons des atouts à faire valoir pour contredire la logique de désertification ». Culture, nature, patrimoine, artisanat, gastronomie... Le maire, qui se bat pour capter un peu de la manne touristique, et faire revenir les jeunes, rêve de relancer le transport fluvial et relier Porto en bateau électrique via le célèbre fleuve Douro.

 

Plus proche de nous, la ville d'Issoire, un centre-bourg de 14 000 habitants dans le Puy-de-Dôme, multiplie les initiatives pour dynamiser son centre. Ces trois dernières années, 10 millions d'euros ont été investis dans sa réhabilitation. Plus vert, plus piéton, plus de commerçants aussi : les travaux ont permis de résorber de moitié la vacance commerciale, passée de 18 à 9%. « Mais intervenir sur la pierre et le logement ne suffit pas », témoigne Bertrand Barraud,  le maire de ce « petit poucet, rusé et costaud » qui depuis 20 ans déjà emploie un « manager de ville ». La commune multiplie les animations, à l'image des « Vendred'Issoire » organisés depuis 5 ans. En été, chaque vendredi dès 19 h, la ville devient totalement piétonne et s'anime. « La population double. Les gens consomment, et reviennent. » Autant de récits et d'idées, dont il serait dommage de ne pas s'inspirer.
 



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Les éditos
Les éditos
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Tout foot !
Tout foot !
Cinéblog
Cinéblog

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales