Nancy

Municipales 2020
Mathieu Klein : « Je ne suis pas convaincu que les municipales seront une affaire de partis politiques »

Par Pierre TARIBO • Journaliste de La Semaine • 11/06/2018 à 11h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Interrogé sur l’échéance de 2020, le président du Conseil départemental n’a pas confirmé sa candidature mais il a confié que ce qui se passe dans sa ville l’a toujours intéressé.

Ce n’était pas le but de la rencontre qui se déroulait au collège Chepfer à Villers-lès-Nancy mais dès que la discussion s’est engagée, la  question a surgi aussitôt : Mathieu Klein sera-t-il candidat aux municipales ? Pour tout vous dire, on le voit plus acteur que simple spectateur. D’ailleurs, on devine, on sait, on sent que le président du conseil départemental est en course mais que pour des raisons de communication et de timing, il ne souhaite pas laisser filtrer ses ambitions.

 

Se mettre en situation trop vite serait une erreur, alors il n’ouvre pas la porte mais envoie quelques signaux qu’on n’a aucune peine à décrypter. « 2020 sera une année démocratique. Je ne suis pas convaincu que les élections municipales seront une affaire de partis politiques. Il y a un attachement à la figure du maire, à l’échelon communal. Dans un contexte de désespérance démocratique, l’échelle locale est celle qui peut redonner confiance en la démocratie. Construire un projet, c’est l’affaire de tous. Ce serait  faire fausse route  de croire que tout se réglera dans les partis politiques. Ce sera une affaire de citoyens. »

« Oui je regarde, oui je réfléchis »

On insiste. Evidemment il y a une méthode à définir, une plateforme d’idées à construire mais il faut une liste et une figure pour l’incarner, la tirer et la faire, si possible, gagner. Sur ce sujet Mathieu Klein sera-t-il plus loquace ? Là encore, il n’entend pas, à juste raison, précipiter le mouvement. « Je ne prendrai pas la décision tout seul. J’aurai l’œil sur ce qui se passera à Nancy. Mais je le répète, il faut d’abord s’intéresser  aux citoyens plutôt qu’aux partis politiques. Non que je les méprise, mais les années passant les partis perdent de leur légitimité et ne portent plus à eux seuls l’avis des citoyens. Les élections de 2014, 2015, 2017 en ont été la démonstration. Je veux participer au renouveau démocratique, et 2020 peut être une étape pour ouvrir de nouveaux espaces. »

 

Sans être totalement recalé, on n’est guère plus avancé. On a bien compris qu’il donnait congé à ce qu’on appelle couramment la politique politicienne et à son côté aussi archaïque que détestable. Il rappelle aussi qu’un engagement c’est l’exercice d’une volonté granitique mais sans jouer les énigmatiques, il se contente de dessiner une esquisse. « Je n’annonce ni ne dément. Je n’y pense pas plus qu’il y a un an mais mon territoire m’a toujours passionné. Dans quelque temps je préciserai ma pensée. A deux ans des municipales, la question n’est pas de savoir qui fera alliance avec qui. C’est un jeu de ping-pong auquel je ne veux pas participer. Oui je regarde, oui je réfléchis mais je n’ai pas de teasing à faire avec vous. »

Fin (provisoire) du chapitre. La candidature aux municipales n ’est pas à l’ordre du jour mais on a bien compris que, le moment venu, Mathieu Klein serait où il doit être.

Il a dit

• Nous sommes des praticiens de la transition écologique

En se rendant au collège Chepfer en pleine rénovation dont les bâtiments en cours de rénovation seront entièrement à énergie passive, Mathieu Klein a réaffirmé que l’Education est la première des politiques publiques. Evoquant cette sobriété en matière de consommation des énergies fossiles, il a déclaré : « C’est mieux de faire que de parler d’écologie. Nous sommes les praticiens de la transition écologique. »

 

• Le bilan à mi-mandat

« Il y a beaucoup de points sur lesquels nous avons avancé. Une actualisation du projet sera faite en novembre 2018. Pour présenter le bilan à mi-mandat nous rencontrerons les habitants sur le terrain. Le département a une longue expérience en matière de démocratie participative. On l’améliore avec l’application Vooter, outil  gratuit, anonyme et transparent qui permettra de recueillir l’avis des citoyens, de nourrir la réflexion des élus et des habitants du département. »

 

A une remarque concernant les griefs de l’opposition qui s’inquiète d’être tenue à l’écart et du montant de la campagne sur le bilan à mi-mandat, Mathieu Klein et sa directrice de la communication Anne Charron, répondent : « Tout est fait maison. On n’a pas donné des cachets à des acteurs pour nourrir la campagne. L’idée c’est de montrer que le département agit concrètement à tous les âges de la vie. Ce qui coûte c’est l’affichage et la campagne dans les journaux. » Le président du Conseil départemental poursuit : « Les critiques sont des figures classiques. Tout est fait chez-nous, on ne commande pas d’audit. Le budget de communication du département est le plus faible de toutes les collectivités du Grand Est. »

 

• La limitation à 80km/h.

« J’ai écrit au Premier ministre pour lui dire que je partage l’objectif. Je conçois que ça puisse être une gêne et il faut agir avec discernement en adaptant la voirie et la vitesse. Mais ce qui compte c’est la sécurité. »

©CD54_G.Berger


Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Les éditos
Les éditos
Elle dévore !
Elle dévore !
Cinéblog
Cinéblog
Tout foot !
Tout foot !

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales