Metz

Golf
Marly : la Grange-aux-Ormes, le golf hors norme

Par Arnaud DEMMERLé • Journaliste de La Semaine • 12/06/2018 à 15h00

Commentaire Envoyer Imprimer

L'art du rebond, c'est plutôt en basket, mais en golf aussi ça peut servir. Pierre et Christine Bogenez sont bien placés pour le savoir. Jamais à cours d'idées, les propriétaires du domaine de la Grange-aux-Ormes à Marly se diversifient pour continuer leur beau parcours... sans trou.

Avec elle, pas de chichi ni de manièrisme. Souriante, avenante, classe dans son pantalon blanc et sa veste beige, Christine Bogenez, détendue, teint déjà hâlé, claque la bise et met immédiatement à l'aise. On a l'impression de retrouver une vieille copine que l'on n'a pas vue depuis un an et avec qui on papote de tout et de rien. Elle nous raconte sa vie et livre quelques anecdotes, ponctuées d'éclats de son rire un tantinet communicatif. Le rituel intervient toujours à la même période. Fin mai, début juin. A quelques encablures de l'Open de la Mirabelle d'Or, le tournoi de troisième division européenne, la vitrine du golf en Lorraine et du domaine de la Grange-aux-Ormes dont elle est à la tête avec son mari, Pierre.

 

Après quatorze éditions réussies, le couple voit arriver d'un œil relativement serein la quinzième qui se déroulera u 21 au 24 juin sur le parcours du Bois Brûlé, avec le toujours très attendu pro-am le 20 en guise d'apéritif. Un parcours probablement “plus vert” et “plus dense” au niveau des roughs que l'année dernière en raison de la météo de ces derniers mois. “C'est la plus vieille épreuve française de l'Alps Tour. Il n'y en a plus que quatre dans l'Hexagone dans le calendrier. Il est important de la garder. On peut compter sur le soutien indéfectible du conseil régional. Nous nous attachons à la rendre toujours plus conviviale”, admet-elle. Cette année, le “Club Lorraine Footgolf” organise par exemple le samedi 23 juin une session de foot-golf. Une discipline qui a le vent en poupe. “Les rencontres du Mondial de foot seront bien évidemment retransmises au club-house”.

A la pointe de la technologie

Contrairement au Moselle Open de tennis, le domaine de la Grange-aux-Ormes ne peut pas se contenter ni d'un événement de quelques jours ni de ses 700 membres  pour vivre. Alors comment fait-il au quotidien ? Règle fondamentale : il doit rivaliser d'ingéniosité, se montrer “dynamique” et “se diversifier” le plus possible.

 

Un parcours de running sur 3km a vu le jour tout autour du golf. Un terrain de pétanque est également en construction. Niveau golf, Pierre et Christine Bogenez se creusent constamment les méninges pour séduire les pratiquants ou au moins les conserver. Il y a par exemple deux “Golfboards” à la location. Quèsaco ? A mi-chemin entre la patinette et la voiturette, ce nouveau moyen de déplacement est entièrement électrique et respectueux de l'environnement.”Ce qui offre une balade sympa, un peu comme au ski”. Il y a aussi l'application “E-Gull Pay”, destinée aux golfeurs en manque de temps. “On paie simplement le nombre de trous joués. Si on a envie de faire 3 trous en sortant du boulot, c'est possible.”

 

Le couple n'est pas non plus resté insensible, au détour d'un voyage aux Etats-Unis, par le concept du “Topgolf” et pourrait se laisser tenter dans un proche avenir. Il s'agit d'un practice fun et ludique de jour comme de nuit dans lequel il faut viser des cibles. Un peu dans l'esprit du bowling. “Il y a de la musique à fond, des canapés ou un bar derrière les tapis. Le but n'est pas seulement de jouer mais aussi de passer un bon moment entre amis.”

Séminaires, mariages et immobilier

Malheureusement, le domaine de la Grange-aux-Ormes ne peut plus se contenter que de ses recettes provenant uniquement du golf. “C'est d'ailleurs 40% pour le golf et 60% pour la restauration en 2017”, insiste Christine Bogenez alors que le restaurant affiche quasiment complet en ce mardi midi. Derrière les fourneaux, on retrouve depuis six mois Alexandre Mauvais, 36 piges, ancien chef exécutif pendant quatre ans chez Dufossé. “Il y a un beau challenge à relever ici. C'est une belle maison et le cadre est juste magnifique”, explique celui qui aime cuisiner les légumes... de saison et il y tient. L'établissement accueille chaque année 300 séminaires dans les cinq à six salles prévues à cet effet et la bagatellle de 50 mariages de début avril à fin octobre. Quasiment deux par semaine.

 

“Les tarifs oscillent entre 110 et 150 € par personne. On propose des mariages clés en main, aussi bien les animations musicales que les fleurs ou les vedettes pour ramener les convives à leur hôtel”, ajoute Bruno Drons, responsable restauration.  Il y a aussi ponctuellement des événementiels et des lancements de produit. “BMW a par exemple déjà présenté l'un de ses nouveaux modèles, exposés à l'étage sur une plateforme”, annonce fièrement Christine Bogenez.

 

Dernière corde à l'arc de la Grange-aux-Ormes : l'immobilier. La commercialisation des premiers terrains pour des lotissements à l'autre bout du parcours du Bois-Brûlé a commencé il y a deux mois. « Ça marche plutôt bien. La moitié a été vendue. Nous allons procéder en deux phases de 15 parcelles.»
Une chose est sûre : le domaine, construit en 1990 sur la ferme du grand-père de Pierre Bogenez, a bien évolué. Et ce n'est pas fini...

 



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Tout foot !
Tout foot !
Cinéblog
Cinéblog

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales