Sport

Basket
Nancy : le SLUC se sépare de Greg Beugnot

Par Pierre TARIBO • Journaliste de La Semaine • 08/06/2018 à 15h30

Commentaire Envoyer Imprimer

Après une saison décevante, le président Philippe Durst et le directoire ont pris la décision de se séparer de leur coach Gregor Beugnot qui était encore sous contrat. Son successeur devrait être connu en début de semaine prochaine.

Tout, sauf une surprise. Nous en avions émis l’hypothèse lors de notre précédente édition,  mais il a fallu une bonne semaine pour aboutir à un accord.

 

La nouvelle a été officialisée mercredi 6 juin au matin : le SLUC et Greg Beugnot, se sont séparés. « Je remercie le coach et ses conseillers d’avoir su trouver les modalités pour nous quitter en bonne intelligence », confie sobrement Philippe Durst qui n’a pas vécu le moment le plus agréable de sa courte carrière de président.

 

Sa décision, il l’a prise à l’issue du match perdu contre Fos-Provence et l’élimination dès le premier tour des play-offs. «  Au buzzer final j’ai décidé de trancher. Greg Beugnot a été surpris et bouleversé. Je comprends que lorsqu’on s’est battu durant toute une saison, on puisse être en désaccord avec ce choix que j’assume et qui, je le pense, devait être fait pour l’avenir du club ». Mieux valait, en effet, divorcer  que de  continuer à vivre ensemble en se regardant en chiens de faïence. En vérité, on avait compris depuis quelques mois, que sous la mousse des commentaires et des justifications accompagnant chaque contre-performance - et elles furent nombreuses -  il y avait des divergences qui rendaient l’issue inévitable. Logique, quand on dirige un club de la dimension et de la réputation du SLUC, où les dirigeants, les partenaires, le public ont des attentes fortes, il faut faire appel à la raison plus qu’à l’émotion.

 

Le chapitre Beugnot dont on n’oubliera pas l’immense carrière, refermé, il faut aussitôt envisager la suite, à commencer par le sort de Pierre Verdière, l’assistant de Greg Beugnot. Réponse du président Durst : « J’attends la désignation du nouveau coach pour statuer. Selon la tradition du basket, l’entraîneur donnera son point de vue sur la désignation de son assistant. Rien ne sera formalisé avant ».

Un leader recherché

Et le coach  justement ? Sur ce point précis et essentiel, Philippe Durst a une idée bien précise  du profil qu’il recherche. «  Quels sont les critères ? Je veux quelqu’un de jeune, épris de nouvelles technologies pour bien gérer ce sport qui est un sport de statistiques. Je veux un bon technicien qui puisse mettre en place les systèmes et les stratégies et qui, au niveau des qualités humaines ait le leadership et le charisme pour faire marcher l’équipe ».

 

On attend des noms ou au moins l’évocation de quelques pistes. Peine perdue. Pour l’heure on ne saura rien des intentions présidentielles. Seule certitude, ils sont plusieurs à vouloir saisir cette opportunité.
« Certains sont sous contrat, d’autres pas. J’ai eu des contacts et je pense avoir fini de rencontrer les candidats à la fin de la semaine, et d’être en mesure de décider avec le directoire, au début de la semaine prochaine. Car ensuite, il faut attaquer le recrutement des joueurs clés. »

 

Parmi les noms cités on retrouve en tête de liste, ceux de Sylvain Lautié (vainqueur de la Coupe Korac avec le SLUC en 2002, qui a déjà fait monter trois équipes : Levallois de Nationale 1 en Pro B, Besançon et  Boulazac de Pro B en Pro A), Jean-Christophe Prat (ex-Denain et ancien assistant d’Erman Kunter notamment en Turquie), Jean-Marc Dupraz (sacré champion de France avec Limoges et actuel entraîneur de Lille). Ici et là, on parle aussi de Philippe Hervé au CV long comme le bras, de Laurent Pluvy, de Neno Asceric. Bref l’éventail est largement ouvert. Mais pas la peine d’insister Philippe Durst ne livrera pas le moindre indice.

Narace JFL

L’équipe à présent. Quelle sera son architecture sachant  qu’il y a trois joueurs sous contrat (Braud, Var et Clerc), plus les quatre jeunes issus du centre de formation : Narace, Chery, Goudou-Sinha et Vautier.  Explications de Phiippe Durst : « L’objectif est de retrouver la Jeep Elite la saison prochaine. Pour cela, il faut bâtir un équipe en conséquence. Il y a les quatre joueurs issus du centre de formation qui sont la base de l’effectif. Williams Narace devenant JFL, nous aurons la possibilité d’avoir un étranger de plus. Nous avons aussi les quatre joueurs sous contrat. Après, il y a le sujet Gary Florimont qui est libre mais qui pourrait encadrer Vautier. Enfin pour compléter l’effectif il nous faudra de gros joueurs étrangers qui seront les éléments majeurs recrutement. Mais pour décider laissons le coach arriver ». Le chantier est ouvert, il ne fait que commencer.  Pas d’impatience, les rôles sont en passe d’être distribués. Erreurs de casting interdites.

 



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Cinéblog
Cinéblog
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Les éditos
Les éditos

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales