Nancy

L'édito de Pierre Taribo
Tout est dans tout !

Par Pierre TARIBO • Journaliste de La Semaine • 17/05/2018 à 17h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Voyons, que privilégier dans ce fatras d’informations ? Les hésitations de Nicolas Hulot un pied dans le gouvernement et l’autre qui s’approche de la porte de sortie ? Les votes d’un bloc inattendu : Les Républicains, le PS, La France Insoumise, le MoDem qui s’est prononcé contre un article controversé concernant la répression des infractions sexuelles sur les mineurs ? La condamnation en appel de Jérôme Cahuzac ? La décision de la CGT d’appeler à défiler le 26 mai aux côtés de la France Insoumise lors « de la marée populaire contre les réformes Macron » ? L’annulation dans l’affaire Grégory des mises en examen de Muriel Bolle et des époux Jacob ?

Dans cette « infobésité » tout est dans tout, se mélange, se confond, se noie et brouille les pistes de l’analyse. Alors procédons par ordre. Nicolas Hulot ? Depuis son entrée au gouvernement il est entre deux eaux. Se sent-il utile, se ment-il à lui-même en acceptant un rôle où il ne pèse pas autant qu’il le souhaiterait ? Ministre d’Etat est-il programmé pour cette fonction dans un monde Jupitérien où le soleil du pouvoir brille sur un seul homme ? D’ailleurs, qu’est-ce qui lui a pris d’accepter ce portefeuille alors que l’exécutif n’a pas la sensibilité très verte ? Influe-t-il sur les choix ? On en doute, même s’il a eu son mot à dire dans l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes. Au fond sa décision dépend de sa capacité à ne rien céder, à ne pas transiger ni s’agenouiller devant des options contraires à ce qu’il est censé défendre. Mais en évoquant lui-même cette éventualité, il s’est piégé. S’il reste il sera soupçonné d’avoir avalé son chapeau. S’il s’en va, il apparaîtra comme un opportuniste déçu et vaincu, happé par la sphère politique qui a fini par le malaxer.

 

Le bloc contre nature droite-gauche qui s’est fédéré contre Marlène Schiappa et son projet de loi ? Lorsqu’on arrive à une telle agrégation des opposants, c’est que quelque chose ne va pas. Dans le texte d’abord, dans la manière de le défendre ensuite. Les représentants du nouveau monde peuvent toujours dire qu’à force de se contorsionner pour se rejoindre dans un même rejet, leurs adversaires vont attraper un torticolis, cette histoire n’est pas banale. Vieilles ficelles politiciennes ? Admettons, mais est-ce aussi simple ? Lorsque la droite, la gauche et le centre se rassemblent, peut-on avoir raison tout seul, même si on dispose d’un gros bataillon de députés ? On en doute là aussi.

 

Abordons le cas de Jérôme Cahuzac, dont le sort judiciaire ne va tirer des larmes à personne. L’ex-ministre a trop fraudé et piétiné la morale, pour espérer attendrir quiconque. A peine peut-il envisager  un aménagement de peine qui lui éviterait la prison. Au plan pénal l’affaire est terminée mais les dégâts qu’elle a provoqué sur l’image des responsables politiques ne sont pas encore réparés. C’est un vestige peu glorieux de l’ancien monde avancent quelques uns. Suffisant pour tout gommer ? Trop facile.

 

Voilà donc que la CGT et son leader Philippe Martinez appellent à défiler aux côtés de la France Insoumise. Est-ce la démonstration que les syndicats sont des partis politiques comme les autres ? Que la CGT n’est pas d’une absolue neutralité, n’a rien d’une bouleversante découverte. Pourtant cela marque une rupture avec la règle, affichée à l’extérieur, des organisations syndicales qui ne sont pas des courroies de transmission de telle ou telle formation politique.

 

Cet engagement à ciel ouvert, est le signe qu’Emmanuel Macron cristallise sur sa personne le rejet des réformes et notamment celle de la SNCF. Suffisant pour obscurcir davantage le climat social et l’inciter à revoir son projet ? Rien n’est moins sûr.

 

L’affaire Grégory enfin. Une fois de plus, la justice qui, cette fois, a trébuché sur un vice de forme ne fait que raviver d’anciennes plaies. Tout ça pour ça… En parlant de réforme, il serait temps de donner à l’institution  des moyens à la hauteur des besoins. Ce serait déjà une base pour construire une justice plus simple et plus efficace. Vu le texte en préparation, on n’est pas certain d’en prendre le chemin.
Tout est dans tout ? Dans la surconsommation, on peut tout de même détecter des cas édifiants. La preuve !



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Les éditos
Les éditos
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Tout foot !
Tout foot !
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales