Metz

FC Metz
Hélène Schrub, directrice générale du FC Metz : “Le projet reste de stabiliser le club en Ligue 1 dans les 5 ans”

Par Arnaud DEMMERLé • Journaliste de La Semaine • 17/05/2018 à 12h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Meurtrie par la relégation en Ligue 2, Hélène Schrub n'est pas du genre à fuir ses responsabilités ou à se cacher derrière son petit doigt. Brillante et intelligente, la numéro 2 du FC Metz admet “un vrai coup d'arrêt” sur le plan sportif, mais assure et c'est le plus important que le club “garde le cap” dans son projet global. Entretien.

Ce n'est pas la première fois que vous vivez une relégation. Celle-ci fait-elle plus mal que les autres ?

« Non, la plus dure à vivre demeure la relégation de 2012 en National. Il était alors question de la survie du club.  Maintenant, chaque relégation fait mal. Surtout après un exercice aussi usant. On y a cru fin décembre après l'enchaînement de résultats positifs. Une vraie chape de plomb est tombée sur les joueurs, le staff et le personnel après Angers (1-2). Nous pensions avoir franchi un cap la saison passée avec cette 14e place et ce premier maintien en Ligue 1 depuis près de quinze ans. Pour enclencher un cercle économique vertueux, il faut se pérenniser pendant trois à quatre saisons en Ligue 1. C'est un vrai coup d'arrêt. »

 

Vous pensiez avoir franchi un cap. Le club s'est-il vu plus beau qu'il ne l'est vraiment ?

« Je ne pense pas, ce n'est pas dans l'ADN du FC Metz. La deuxième année est toujours la plus difficile pour se maintenir. Quand une équipe monte, il y a une certaine dynamique collective. La deuxième année, il faut construire quelque chose de stable. Le recrutement ne peut plus être celui d'un promu. On n'a pas non plus la capacité d'un club qui compte cinq à six saisons de Ligue 1 derrière lui. Tout ça, on le savait. »

 

Comment expliquez-vous cette relégation ?

« Il y a un constat d'échec. Personne ne s'en dédouane. Nous en analysons les raisons. Concernant le recrutement, peut-on dire  que notre mercato estival a été  raté ? Le FC Metz compte dans ses rangs le troisième meilleur passeur de Ligue 1 avec Matthieu Dossevi et le dixième buteur avec Nolan Roux. Qui peut se targuer d'avoir deux joueurs aussi bien classés dans ces catégories dans le ventre mou du championnat ? Pas grand monde. Il y a aussi  la révélation Moussa Niakhaté, auteur d'une première saison convaincante en Ligue 1. Emmanuel Rivière restait sur deux saisons blanches et se trouve à cinq buts.

 

C'est seulement un de moins que Mevlut Erding l'an dernier. A côté, il y a eu des ratés avec des joueurs par exemple déjà repartis (Wollscheid et Fernandez). Mais c'est le cas dans tous les clubs. En même temps, ils n’ont quasiment pas joué. On ne peut pas dire que ce sont eux qui ont causé notre relégation. Quand on est le FC Metz, on doit de toute façon faire des paris. On ne peut pas nous reprocher de ne pas avoir fait des efforts. La masse salariale n'a jamais été aussi  élevée que cette année, près de 21 millions d'euros.  

Quand on a construit la future équipe l'an dernier à pareille époque, on comptait forcément sur Milan Bisevac, Yann Jouffre et Benoît Assou-Ekotto, qui avaient activement participé au maintien. Malheureusement, ils ont multiplié les blessures. L'effectif était bon, mais la mayonnaise n'a pas pris. Il a manqué de l'efficacité, de la cohésion collective et de la réussite. »

« Mon objectif de DG est que le club soit économiquement sain et pérenne »

Frédéric Hantz n'a pas été tendre lors de son dernier point presse avec le club. Comprenez-vous son choix de vider son sac ?

« Je n'ai pas à commenter sa décision. Frédéric Hantz est un homme public par son métier. Il a du caractère et a subi pas mal de pression depuis son arrivée pour essayer de maintenir le club. Chacun a sa façon de réagir. Il avait besoin de dire des choses à ce moment-là. »

 

Sera-il encore l'entraîneur du FC Metz la saison prochaine ?

« Frédéric Hantz et son adjoint Arnaud Cormier ne poursuivront pas l’aventure la saison prochaine. La décision a été prise ce mercredi 16 mai. »

 

Le quotidien du FC Metz est-il désormais de faire l'ascenseur entre la Ligue 1 et la Ligue 2 ?

« Absolument pas. Le projet reste de stabiliser le FC Metz en Ligue 1 dans les cinq ans. Malgré la relégation sportive, on garde le cap sur les projets d'infrastructures. Le club pâtit actuellement d'infrastructures inférieures aux autres clubs de Ligue 1. Le futur centre d'entraînement à Frescaty sera l'outil d'attractivité et d'efficacité au quotidien. Il est également avéré que les clubs qui possèdent une masse salariale de 30 millions d'euros ne descendent pas en Ligue 2 depuis six saisons. Pour y parvenir, nous devons augmenter le budget à 50 millions d'euros. Mais ça ne se fera pas d'un simple claquement de doigts. Il y a les droits TV, mais surtout le développement des recettes commerciales propres au FC Metz : le sponsoring, la publicité, le marketing ou l'organisation d'événements. La rénovation de la tribune Sud va justement nous permettre d'exploiter le stade au quotidien. Je comprends l'attente à court terme des supporters, mais on voit beaucoup plus loin. Nous récoltons par exemple  les fruits de Dakar depuis quatre à cinq ans alors que Génération Foot existe depuis 2003. »

 

Bernard Serin n'a pas été épargné par les critiques. Notamment sur son absence au quotidien...

« Il est présent deux à trois jours par semaine. Quand il n'est pas là, nous l'avons tous les jours au téléphone ou pas mail. Je suis son relais. Mais mon rôle n'est pas d'être tous les jours dans le vestiaire. Même si je donne mon avis, le recrutement et la partie sportive ne sont pas totalement dans mes prérogatives. J'ai surtout un rôle de l'ombre, de management. C'est ma fonction qui veut ça. Mon objectif de DG est que le club soit économiquement sain et pérenne. Quand je dis sain, ça ne veut pas dire trop prudent. Je le répète, nous savons où l'on va ! »
 

Dernière minute : Hantz, c'est fini !

Sa sortie médiatique de la semaine dernière le laissait supposer. Frédéric Hantz quittera le FC Metz à la fin de la saison, ainsi que son adjoint Arnaud Cormier. Arrivé durant l'automne au chevet d'une équipe en perdition, le technicien de 51 ans n'aura pas réussi le pari de la maintenir en Ligue 1 malgré une embellie en janvier et décembre. Le club de Bernard Serin devra donc trouver un nouvel entraîneur pour la prochaine saison de Ligue 2. La reprise de l'entraînement est prévue le 21 juin prochain.
 



3 réactions

Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

Par DINKY
 • supporter
20/05/2018 • 16:25

Dommage de ne pas avoir gardé Hantz. Je le trouvais très compétant. 

Par Kriss
 • Ex supporter
18/05/2018 • 08:03

Oui.... Comme le projet 2010 !
 

Par Fred
 • Supporter
17/05/2018 • 12:34

Le FC Metz ferait bien de tenir compte des remarques de F Hantz.

C'est une vraie perte pour le club. Cet entraîneur avait les compétences pour manager une équipe de L1.

Attention de ne pas prendre un entraîneur bon marché du type Ph Hinsschberger qui n'est pas au niveau technique et tactique de la ligue 1 même s'il est bien sympathique par ailleurs. 

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Les éditos
Les éditos
Cinéblog
Cinéblog
Tout foot !
Tout foot !

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales