Nancy

Solidarité
Blandine Devaux-Collin, une femme à l'écoute

Par Baptiste ZAMARON • auteur • 15/05/2018 à 09h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Changement de nom, changement de statut avec un élargissement des compétences notamment en matière de terrorisme et catastrophe naturelle, préparation d’un Schéma local d’aide aux victimes, l’association France Victimes 54 qui intervient sur l’ensemble du département ne cesse d’étendre son champ. Prise en charge de victimes sur réquisition du Parquet, actes de terrorisme, accidents collectifs, catastrophes naturelles, Levothyrox ou demande d’assistance, les membres professionnels de la structure répondent. Rencontre avec sa directrice.

S’il ne devait rester qu’un chiffre, ce serait celui là. 2 303 victimes aidées en 2017 et Meurthe-et-Moselle. Et toutes les personnes qui sont peut-être aussi restées en dehors du dispositif par méconnaissance de la structure ou peur de franchir le fait d’en parler. Parmi ces 2 300 aidées, 1 309 personnes ont dénoncé des faits de violences volontaires. Dans des faits commis dans le cadre familial (couple, couple séparé et familial hors couple), dans des atteintes aux personnes ou aux biens, mais aussi des accidents de la circulation. « Nous devons être identifiés plus largement, notre nouveau nom et l’appartenance au réseau y contribue déjà et va l’amplifier. Notre domaine d’intervention se déploie sur l’ensemble du département de Meurthe-et-Moselle. Mais bien évidemment dans notre domaine, l’écoute, la solidarité et l’action n’ont pas de frontières », précise Blandine Devaux-Collin, directrice de la structure située à la Cité judiciaire de la cité ducale.

 

Conventionnée par la Cour d'Appel de Nancy et reconnue en qualité de Bureau d'Aide aux Victimes depuis janvier 2012, France Victimes 54 a pour mission d'apporter aide et soutien de manière gratuite et confidentielle à toute victime d’infractions pénales, d’atteintes à la personne (violences physiques et sexuelles, menaces, harcèlement, …), d’atteintes aux biens (vol, escroquerie, …), d’accidents de la circulation, d’événements collectifs (attentats, catastrophes naturelles), ainsi qu’à sa famille.

Des professionnels à ses côtés

Pour ce faire sont mis à disposition un espace d'écoute et de parole, des informations sur les droits tout au long de la procédure (informations sur le fonctionnement judiciaire en général, sur les procédures en cours, sur les modalités de recouvrement des dommages et intérêts), un accompagnement dans ses démarches, un soutien psychologique (accompagnement psychologique, entretiens mensuels avec les victimes bénéficiant du Téléphone Grave Danger, relais avec des praticiens extérieurs) et si besoin, une orientation vers des services ou associations spécialisées (avocats, travailleurs sociaux, …), le tout réalisé par une équipe de professionnels.

 

En effet, pour accomplir ses différentes missions opérationnelles et bien spécialisées, l'association compte 4 juristes, deux psychologues et quatre personnes pour la partie administrative. Des professionnels compétents qui offrent des réponses précises et des mots adaptés à toutes les situations. De l’écoute à l’accompagnement physique dans les démarches les plus lourdes.

Un partenaire de la justice

Même si l'accueil des victimes est indépendant de tout dépôt de plainte et de l'engagement ou non d'une procédure pénale, la grande majorité des personnes sollicitant l’association a déjà déposé plainte (1 994 sur 2 303 victimes reçues l’année passée).

 

Dans cette continuité, les équipes s’inscrivent dans une démarche de justice restaurative avec la participation d’un psychologue. L’association intervient auprès des victimes soit à leur demande, soit de manière proactive par le biais des juristes de l’association en partenariat avec les autorités judiciaires locales. Ils peuvent accompagner la victime à l'audience, mais ne la représentent pas et ne donnent pas de conseils juridiques. Afin de proposer un service de proximité, ces juristes assurent des permanences, au siège de l'association situé à la Cité judiciaire nancéienne, dans les Maisons de Justice et du Droit de Vandœuvre, du Plateau de Haye, de Tomblaine, de Toul, ainsi qu'à l'antenne de Justice de Lunéville et à l'Unité Médico Judiciaire. Une écoute, un soutien, des conseils avisés pour que la victime dépasse son statut et reprenne surtout son chemin de vie…

03 83 90 22 55

contact@francevictimes54.fr



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Elle dévore !
Elle dévore !
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Tout foot !
Tout foot !
Livres d\'enfants
Livres d'enfants

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales