https://www.caisse-epargne.fr/lorraine-champagne-ardenne/particuliers/au-quotidien/produit-carte-crypto-dynamique

Passions

Les Bons Plans
Jean-Paul Germonville, sur les pas de Rimbaud

Par Pierre TARIBO • Journaliste de La Semaine • 13/05/2018 à 10h15

Commentaire Envoyer Imprimer

L’ancien journaliste dont les écrits ont chaloupé entre le grand reportage et les interviews de chanteurs, publie un livre consacré à Arthur Rimbaud « Voyage » qui n’est pas Une saison en enfer.

Les années passent, il est toujours le même. L’allure d’abord. Etonnante ressemblance avec le chanteur Christophe, lunettes légèrement teintées, dégaine décontractée. La parole ensuite. C’est celle d’un être pudique, adepte des remises en question qui ne s ‘embarque jamais dans le superficiel. Voix douce, il tire le fil du récit. En racontant son parcours de journaliste et sa passion pour Rimbaud, il va à la pêche de lui-même.

 

Jean-Paul Germonville est un personnage attachant, sensible que l’on oblige à se confronter à ses souvenirs. Il nous livre une sorte de document intimiste qui, le temps de la conversation, nous transforme en compagnon de route.

 

Tout commence par un épisode de sa vie de lycéen qui nous transporte au cœur de son histoire. « J’ai découvert la poésie lorsque j’avais quinze ans. J’étais interne au lycée d’Arcachon. J’étais collé et dans une salle, j’ai trouvé un recueil de poésie qui s’appelait les poèmes Zutiques. J’ai essayé de creuser un petit peu. La poésie, c’est souvent des trucs que l’on apprend par cœur et auxquels on ne comprend rien. Puis j’ai lu Une saison en enfer d'Arthur Rimbaud. J’ai poursuivi mes recherches, fait des études de Lettres, une maîtrise et enfin un DEA sur Rimbaud. »

Romancier de l’errance

Sur les traces du poète qui rêvait d’absolu, il a l’impression d’avancer dans des chemins de hasard  qui l’entraînent hors du temps. N’attendez pas qu’il déballe des clichés. Le bonhomme n’est jamais pompeux. Ses explications vous entraînent parfois dans quelques labyrinthes qui ont le charme de l’imprévu, dont vous sortez avec le sentiment d’être allé regarder de l’autre côté de la colline.

 

Il fait l’analogie avec Bob Dylan dont l’écriture rimbaldienne, selon les propres termes d’un juré, a été couronnée d’un prix Nobel et Patti Smith qui a racheté l’ancienne maison de Rimbaud à Roche dans les Ardennes. On apprend que Jim Morrison ne se séparait jamais d’un livre de traduction des poèmes d’Arthur Rimbaud dont l’influence sur beaucoup d’artistes est réelle.

 

Lorsqu’il se lance sur les traces de l’homme aux semelles de vent, Jean-Paul Germonville se transforme en romancier de l’errance et de la solitude, en biographe curieux et précis qui fouille, explore, prospecte, se rapproche le plus possible de la vérité. Avec Arthur Rimbaud, il a allègrement remué siècles et terre, remis ses pas dans ceux de l’adolescent qu’il a été.

 

Au fil des pages, il tente de reconstituer le choc qu’il a ressenti. Il y parvient sans mal tant la découverte a été forte, unique, proche de l’analyse psychologique et en même temps pleine de flou et de trouble qu’il tente d’exprimer sans juger. Un univers d’images et de sensations. « L’écriture du livre a duré six mois. »

 

Il est à la fois le narrateur dont l’imagination et la connaissance du sujet, l’aident à donner l’illusion qu’il était là. Un sentiment qu’il manie avec beaucoup de retenue mais qui a donné corps à ce projet. Une fugue passagère qui tient du jeu de pistes pour reconstituer un cheminement à la fois énigmatique, hétéroclite, empreint de fougue, de puissance, de cassures et de talent. « Il partait à pied de Charleville. Il allait jusqu’aux ports italiens  d’où il s’en allait à Chypre, en Abyssinie. En plus de la poésie, il y avait la façon de vivre. »

 

Au passage, il remercie un artiste de street-art Ernest Pignon, rencontré jadis à Venise qui lui a offert la couverture du livre. « Elle est magnifique. Je l’avais perdu de vue, On a repris contact grâce à internet. »
On le questionne sur ses années de journalisme. Qu’a-t-il retenu de ses pérégrinations ? Pour avoir connu le grand reporter, eu souvent le privilège de lire ses articles avant publication, on peut assurer qu’ils restituaient la couleur, les images, les fracas des scènes qu’il avait devant les yeux. Que ce soit en Afghanistan où il a échappé de peu aux Talibans, en Bosnie où ailleurs, il a toujours donné le meilleur de sa plume avec laquelle  il a tracé des portraits exceptionnels, livré des témoignages saisissants.

 

« L’Afghanistan, c’est un souvenir extraordinaire. C’était dur mais fabuleux. J’ai aimé aussi la Bosnie. » Il décrit la scène où un gradé de l’armée française tente de le dissuader de quitter Mostar. Lui avec la distance et le calme un peu caustique qui le caractérisent lui répond : « Ils veulent que j’aille à Sarajevo . » Il ira à Sarajevo !

Passions intactes

Dans un autre registre les rencontres avec Thiéfaine et Christophe l’ont marqué. Pas étonnant tant Jean-Paul Germonville sait faire conter aux autres leurs destinées. Aujourd’hui, pour le fun, il écrit dans Plouc magazine, créé par son vieux pote Christian Descamps, le chanteur du groupe Ange. Il aussi en tête un projet de livre sur Christophe dont le cœur, le vécu et le sens des mots le fascinent.

 

Sa feuille de route est plus légère que jadis, c’est-à-dire hier : « Après mon départ de l’Est Républicain, il m’a fallu retrouver un équilibre » mais ses passions sont intactes. En dévoilant cette partie de lui-même, il prend soin de cacher soigneusement les coutures, les cicatrices, les craquements qui émaillent la vie de tous ceux qui sont à la recherche d’horizons infinis.

 

Comme Rimbaud, il a fait de Charleville un lieu-disant. Perfectionniste, méticuleux, attentif aux mondes qui se disloquent, il décrit les fuites du poète, les inspirations qu’il suscite et l’envie qu’il donne d’explorer au-delà de nos propres fragilités. Au fond, n’est-ce pas, sans toujours l’avouer, ce que nous recherchons ?

 

Infographie par Camille Malnory


Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Les éditos
Les éditos
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Cinéblog
Cinéblog

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales
espace_abonnes_2.png