Débats

La chronique de Jean-Marc Louis
QI en baisse : attention, danger !

Par Jean-Marc LOUIS • Correspondant de La Semaine • 08/04/2018 à 17h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Le quotient intellectuel des Français est en baisse. Pour ne pas dire en berne. Chute de quatre points en dix ans.

Certes, la psychométrie est hasardeuse mais ne faisons pas de cette critique un argument pour nous dédouaner d’une réflexion sur la question et surtout de toute responsabilité sociale ou individuelle. Et n’agitons pas non plus, dans ce but, le spectre des perturbateurs endocriniens. Il est clair qu’ils agissent négativement sur le développement du cerveau. Mais comment expliquer, à l’aune de ce seul paramètre, le fait qu’en  Chine, pays passé maître ès pollution, le QI reste élevé et se veut bien supérieur au nôtre. Et pourquoi, en Angleterre, pays aussi industrialisé, la chute n’est que de quatorze points en …un siècle !

 

Si aucun domaine d’investigation n’est à mettre au rancart pour mieux comprendre les raisons de la baisse du QI en France, il s’agit de mesurer avec lucidité l’impact sur le développement de l’intelligence de certains contextes socio-culturels qui nous sont propres ou partagés avec des sociétés similaires. Bien sûr les écrans, non pas dans leur réalité propre mais dans l’usage déraisonnable qui en est fait. Ils marquent, dans beaucoup de familles, la disparition de la culture et plus particulièrement de la lecture dont les mécanismes tout autant que les contenus sont des facteurs de développement intellectuel.

 

L’impact du numérique est d’autant plus problématique que l’Ecole s’y engouffre au détriment d’une performance qui serait indispensable dans des domaines où elle faillit comme l’apprentissage des langues vivantes, qu’elles soient étrangères ou régionales. On a mesuré leur incidence positive sur la plasticité cérébrale et par voie de conséquence sur  le développement de l’intelligence. On ne mesure pas suffisamment non plus l’impact sur le QI de l’affaiblissement de certaines valeurs, sources de tension intellectuelle et par là stimulantes, comme le travail, l’effort, l’émulation, le mérite qui affecte tant le milieu familial que l’Ecole.

 

La baisse du QI peut aussi s’expliquer par le fait d’une société hyperprotectrice et par là peu stimulante, déresponsabilisante qui confine alors dans un confort intellectuel au détriment de  la prise de risque, la créativité, la responsabilité, l’erreur, l’engagement qui mobilisent l’intelligence. Elle est aussi le produit d’une société peu engagée dans l’éducation et la formation. Que trouve-t-on en dehors de l’Ecole comme sources de culture  accessibles au plus grand nombre ? La télévision ? La formation continue qui pourrait être moyen de stimulation intellectuelle est quasi inexistante.

 

La chute du QI de la population française ne doit pas être prise à la légère. Elle a des conséquences sur la réussite scolaire, la formation professionnelle. Ce qui ne manque pas d’avoir un impact à plus ou moins long terme sur la capacité d’innovation qui est gage de productivité et de compétitivité économiques. Mais il existe aussi un lien non fortuit entre le QI et l’intelligence sociale. Ici sa baisse alimente un fléau non négligeable : la bêtise qui elle aussi a un coût pour la société.

 



1 réaction

Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

Par dradomir
 • Poil à gratter
08/04/2018 • 20:33

Sans blague ? MDR !

Pas grave au final... certains diront "Heureux les simples d'esprit le royaume des Cieux leur appartient"................ 

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Elle dévore !
Elle dévore !
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Tout foot !
Tout foot !
Cinéblog
Cinéblog

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales