Metz

Série
Mois sans tabac : le bilan de Frédérique

Par Justine DEMADE PELLORCE • Journaliste de la Semaine • 14/02/2018 à 11h50

Commentaire Envoyer Imprimer

Nous l’avions quittée fin novembre à l’issue du Moi(s) sans tabac : Frédérique, qui avait arrêté sous nos yeux, écrit toujours le nouveau chapitre de sa vie d’ex-fumeuse. Encore soutenue par sa vapoteuse, elle a résisté aux tentations de fin d’année et poursuit son chemin vers la libération.

« Il y a toujours un risque mais au vu de mes antécédents médicaux je m’interdis de replonger. J’ai confiance en moi. » Fin novembre, nous quittions Frédérique en lui promettant de continuer à la suivre (surveiller). Passées les fêtes de fin d’année, ses vacances au soleil et les tentations qui vont avec (plage, cocktails), nous retournons vers elle avec cette question qui tient en un mot : “Alors ?...” Alors Frédérique n’a pas craqué. Elle vapote toujours, au boulot pour les traditionnelles pauses clope avec sa collègue, et plus ponctuellement à la maison. Elle compte diminuer et même arrêter complètement « à moyen terme », d’ici cet été ce serait bien, parce qu’elle voudrait « ne plus avoir à inspirer autre chose que l’air ambiant ». En attendant, elle a acheté un liquide deux fois moins dosé en nicotine, à 3mg au lieu des 6 mg habituels, qu’elle utilise en alternance.

 

Frédérique a surmonté l’épreuve antillaise tant appréhendée alors qu’elle arrêtait de fumer en novembre : des vacances au soleil, sur la plage et rythmées par deux apéritifs quotidiens. La vapoteuse n’a pas explosé au soleil, comme elle l’avait craint un instant : une boîte dans le sac de plage et vaille. Même qu’avec le souffle récupéré, elle a grimpé dans la jungle jusqu’aux chutes du Carbet, expédition qu’elle n’aurait même pas imaginée entreprendre dans son autre vie.

Deux secondes de danger

Rentrée le 30 décembre, elle a eu chaud « deux secondes », le temps de la tentation qui s’est manifesté le soir du 31 quand ses amis sont allés allumer leurs cigarettes : elle a respiré un grand coup, empoigné sa cigarette électronique et on n’en parlait plus. Notre quadragénaire a repris le sport, « tranquillement », et perdu les kilos antillais. Et alors qu’arrivée au deuxième étage de son escalier elle se disait auparavant « …pfff, encore un étage !... », aujourd’hui elle arrive au troisième sans s’en rendre compte. « Une satisfaction de me dire que je gère ! »

 

Encouragée par ses amis, en attente encore de la libération totale avec la mise au passé de sa vapoteuse, Frédérique est devenue celle qui encourage : un ami d’enfance a décidé d’arrêter à son tour, et c’est désormais elle qui le félicite et va aux nouvelles. Et de notre côté, nous garderons l’œil sur le parcours de Frédérique, avec en ligne de mire l’arrêt de la vapoteuse histoire d’être totalement et définitivement libérée, délivrée…



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Elle dévore !
Elle dévore !
Cinéblog
Cinéblog
Les éditos
Les éditos
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales