Débats

Egalité
Revoir les liens homme-femme

Par Jean-Marc LOUIS • Correspondant de La Semaine • 06/02/2018 à 09h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Il est à souhaiter que le déferlement de paroles et de mobilisations de tous horizons causés par l’affaire Weinstein ne soit pas qu’un épiphénomène mais ouvre sur une véritable pensée de ce qui est un des socles de notre société : le rapport entre les hommes et les femmes.

Ce sujet qui a un ancrage non seulement dans le psychisme humain mais relève aussi d’un contexte sociétal voire civilisationnel ne doit pas rester une plateforme de revendications et de règlements de comptes sur laquelle  s’engouffrent affichages partisans ou idéologiques. Le sujet mérite aussi de dépasser les représentations qu’on en a et de voir approfondir ses causes et surtout les facteurs qui renforcent les dérives en la matière.

 

Il s’agit de reconnaître tout d’abord et d’analyser la genèse de la mainmise par les hommes sur le destin et le corps de la femme et ce notamment par le refus d’accès à des processus libératoires comme les études ou  les responsabilités professionnelles. Sachant qu’il n’y a aucune justification biologique et que la maternité ne peut être considérée comme une légitimation naturelle de la féminisation des tâches éducatives et ménagères au sein des familles. Le sujet pose ainsi la question du semblable autrement et identifie comme un des facteurs ayant nourri le machisme ambiant la théorie  du genre qui ne conduit pas à identifier et donner sens aux particularités notamment du féminin et à les respecter.

 

Pointons ici du doigt un intellectualisme dévoyé et une mentalité intello-bobo qui par ailleurs ont conçu à tort la seule libération du désir sexuel comme facteur central de l’émancipation des femmes. Ce qui n’a pas manqué d’une part, du fait d’un mécanisme défensif, de renforcer le pouvoir masculin et de l’autre de favoriser l’érotisation de la société, voire la place qu’y occupe la pornographie. Car le problème est aussi là. Très tôt les enfants sont soumis à la publicité, à des supports culturels  vecteurs de réification de la femme. Le concept de séduction qui est désormais le socle de l’activité économique et politique de notre société actuelle a également sa part dans la problématique soulevée.

 

L’engagement de l’Etat est primordial car il s’agit ici de faire évoluer nos mœurs. En la matière cela ne peut se faire par un seul changement législatif mais par un profond labour de la société. Travail dont on mesure la difficulté en un temps où les piliers que sont la famille et l’Ecole sont brinquebalants et où l’autorité indispensable pour étayer des prises de conscience est en faillite.

©JD Hancock


Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Tout foot !
Tout foot !
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Elle dévore !
Elle dévore !

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales