Thionville

Collectivités
Michel Liebgott et la super-agglo Thionville-Fensch

Par Justine DEMADE PELLORCE • Journaliste de la Semaine • 05/02/2018 à 09h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Le sujet revient régulièrement dans le nord mosellan : un rapprochement entre les deux communautés d’agglomération Portes de France-Thionville et du Val de Fensch pourrait être opéré dans les années à venir. Volonté partagée semble-t-il, mais pour laquelle les deux présidents concernés n’ont pas le même timing. Trop tôt pour en parler du côté de Thionville, pas trop tôt pour Michel Liebgott qui explique sa position, en attendant celle de Pierre Cuny.

Pour Michel Liebgott, l’idée d’un rapprochement entre les deux communautés d’agglomération du nord mosellan remonte à 20 ans déjà. A l’époque, il est député-maire de Fameck. En face, un Jean-Marie Demange député-maire de Thionville qui balaie tout débat : « Il n’y avait aucune discussion possible, pour lui c’était chacun chez soi », regrette aujourd’hui Michel Liebgott. « Or nous étions déjà dans une autre époque que celle de l’économie autarcique. La crise était là déjà : la Fensch avait perdu 20 à 25 000 habitants entre 1970 et 1990, le Luxembourg commençait à émerger. » Du côté de Thionville la crise est même plus ancienne, Usinor n’ayant pas attendu la vague pour fermer. « C’était déjà le moment de réfléchir à autre chose. »

 

Un autre obstacle se pose au Val de Fensch et il s’appelle Fontoy. « Son maire, Henri Boguet, est certainement mon principal adversaire politique. En choisissant d’adhérer à la communauté d’agglomération de Portes de France-Thionville il a fait échouer un grand rassemblement naturel avec le Pays-Haut : de sa commune il a fait une frontière. » Thionville à droite, la Fensch à gauche : le maire de droite choisit alors son camp. Et pourtant, c’est drôle tout de même, les habitants de Fontoy sont appelés… les Fenschois ! « Nous avons perdu 20 ans », juge Michel Liebgott.

Tous amis !

Au cours de ces 20 années se sont créées les communautés de communes, puis d’agglomération. Le temps était largement venu de passer aux actes, pense celui qui a pris la présidence du Val de Fensch en 2014. « Avec Bertrand Mertz déjà, puis avec Anne Grommerch et enfin avec Pierre Cuny nous sommes sur la même longueur d’onde », se satisfait enfin Michel Liebgott. Plus qu’une question politique (un socialiste face à un UMP), plus encore qu’une question d’hommes, c’est une question de génération pour celui qui a le même âge que son homologue thionvillois. « Une expérience de la vie similaire. Celle que j’ai d’un point de vue politique, Pierre Cuny l’a notamment développée sur les questions hospitalières », estime le maire de Fameck.

 

« Et si nous devons encore faire une dizaine d’années de politique, nous devons  construire quelque chose d’intelligent : un territoire qui se développe, uni, face au Luxembourg. » Très bonnes relations avec Michel Paquet (de la comcom de Cattenom et environs), « relation excellente » avec Patrick Luxembourger le maire de Terville… pour Michel Liebgott plus d’oppositions de personnes, une stabilité inédite : c’est le moment où jamais. Il fixe l’objectif à 2020, 2026 au plus tard.

La nécessité des communes

Déjà, les six intercommunalités du nord mosellan, autrefois surnommées le G6, se sont réunies en association dans “Nord Moselle +”. Est-ce que ça donne quelque chose ? « On ne loupe jamais une réunion et on ne s’engueule pas, c’est déjà pas mal », synthétise le représentant du Val de Fensch dans cet aréopage de présidents. Etape suivante : la création du pôle métropolitain transfrontalier (les six EPCI de Nord Moselle + ainsi que 3 EPCI de Meurthe-et-Moselle). Là encore, une question de poids et d’échelle, l’idée étant de peser au cœur de la grande région.

 

Là comme pour la fusion des communautés d’agglo, des réserves. De la part d’élus côté Val de Fensch, en tête desquels les communistes qui craignent la disparition des communes, pas moins. « Je suis persuadé du contraire, dit Michel Liebgott. Plus les intercommunalités seront grandes et fortes, plus la nécessité des communes sera renforcée. » Autre frein : celui des finances. En la matière, l’état de la dette est six à sept fois supérieur du côté de Portes de France. « Notre endettement est de 10 millions d’euros et nous redistribuons plus de 2 millions d’euros chaque année à nos communes. Alors en vue de la fusion et pour que la mariée ne soit pas trop belle, nous avons lancé de gros investissements depuis 2014 à travers l’opération “Cœur de villes Cœur de Fensch” : 40 millions d’investissement pour les villes de l’agglo jusqu’en 2020. Nous puisons dans nos ressources pour ne pas nous retrouver dans une situation trop déséquilibrée », argumente Michel Liebgott. Techniquement donc, la fusion serait déjà en route, avec « l’existence, déjà, de groupes de travail comptant des cadres des deux intercommunalités », dit-il encore.

Réparer l’anomalie

Pour lui, la création d’une super intercommunalité Thionville-Fensch permettrait d’abord de réparer
« l’anomalie » que constitue la coexistence de deux communautés d’agglomération voisines. Elle s’appuierait sur les points communs - la Moselle, le chemin de fer, l’autoroute… - et se nourrirait de la complémentarité des territoires - beaucoup d’industrie, une population moyenne dans la Fensch et plus de tertiaire et une population au niveau de vie plus élevée pour Portes de France - avec un objectif : la mixité sociale et d’activité, mais aussi en termes de logements ou d’offre médicale par exemple. S’appuyer sur les ponts, les villes frontières (Terville, Florange) pour retisser des liens naturels.

 

Il y a, bien sûr, les dossiers qui divisent ou pourraient le faire - le SMiTU et son projet de bus à haut niveau de service pour lequel les investissements ne sont peut-être pas équitablement répartis, Europort et « la volonté de Thionville de faire bande à part »… - mais la fusion ferait de Thionville-Fensch « la sixième intercommunalité du Grand Est derrière Strasbourg, Metz, Nancy, Reims et Mulhouse », égrène Michel Liebgott.



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

pub_web_lasemaine_immoregion_1_3.jpg

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Les éditos
Les éditos
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Tout foot !
Tout foot !
Elle dévore !
Elle dévore !

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales
espace_abonnes_2.png