https://www.caisse-epargne.fr/lorraine-champagne-ardenne/particuliers/au-quotidien/produit-carte-crypto-dynamique

Metz

Politique
Au conseil municipal de Metz, les élus rejouent la Comédie

Par Gaël FORMENTIN • • 01/02/2018 à 15h00

Commentaire Envoyer Imprimer

Le rapport de la mission d'information et d’évaluation du patrimoine présenté au conseil municipal a ravivé les tensions entourant le projet immobilier place de la Comédie. Suspecté par l'opposition d'entretenir une relation ambiguë avec le PDG du groupe Heintz, le maire de Metz, Dominique Gros, a violemment contre-attaqué.

« Je tiens plus que tout à mon intégrité. Les allusions faites ici, je les méprise. Les insultes me transforment en soldat. J'ai 75 ans, j'ai fait des erreurs, mais je n'ai jamais rien trafiqué. Vous ne savez pas à qui vous avez affaire, j'irai jusqu'au bout ! En aucun cas je ne céderai face au mépris de ceux qui essaient de monter un coup politique ! »  A la lecture du rapport de la mission d'information et d’évaluation du patrimoine, Dominique Gros est resté silencieux. De marbre, l'édile a rongé son frein, essuyé une rafale de critiques, des salves de soupçons... pour mieux monter au créneau. La réplique est cinglante, brutale, à la mesure des coups de boutoir sans filtre d'une partie de l'opposition vent debout contre le projet de la place de la Comédie au cœur d'une polémique alimentée pêle-mêle depuis plusieurs jours par des fuites dans la presse quotidienne et une cascade de commentaires sur les réseaux sociaux.

Distinguer patrimoine remarquable et ordinaire

Rumeurs, suspicion de conflit d'intérêts : depuis des mois, le dossier sent le soufre. Quand éclate « l'affaire Comédie », Nathalie Colin-Oesterlé réclame, et l'abandon du projet et la création d'une commission chargée de veiller aux bonnes pratiques en matière de cessions patrimoniales à un moment où la ville envisage de se séparer d'une partie de ses biens immobiliers devenus un poids pour la collectivité pour un produit total escompté de 10 millions d'euros. D'emblée, la municipalité écarte l'hypothèse de faire machine arrière sur le projet de vente des bâtiments situés sur l'aile gauche du théâtre mais accepte la création d'une commission... ou l'opposition, à l'exception du Front national, refuse finalement de siéger.

 

D’août à janvier, ladite commission se réunit à six reprises « pour distinguer patrimoine remarquable et ordinaire », relate Isabelle Kaucic, et faire le point sur les différents scénarios possibles. Vente de gré à gré, par un intermédiaire (en l'occurrence l'agence Orpi), par une procédure de mise en publicité et concurrence... Parmi une panoplie d'options pour se séparer d'un bien, la ville en choisit trois, à condition d'obtenir l'aval du conseil municipal. Voilà pour le cadre réglementaire. « A chaque fois, France Domaine détermine une valeur vénale, et non pas un prix, que la commune est libre de fixer », poursuit la première adjointe. Pour parfaire sa pédagogie, la commission cite en exemple le Magasin aux Vivres, cédé en 1999 pour 253 000 €, soit « la moitié de l'estimation, au regard des contraintes liées à la réhabilitation du bâtiment » et le boulevard de Trèves.

Guerre d’images

Ces deux cas d'école, Jérémy Aldrin s'en empare aussitôt en brandissant trois clichés. Les deux premiers montrent des bâtiments à l'état de ruine, des façades couvertes de lierre et de graffitis, le troisième, la très belle place de la Comédie. « Des images, voilà ce que vous comparez ! », tacle le président du Rassemblement pour Metz, « ce rapport est une vaste supercherie. La commission ne pose pas les bonnes questions et témoigne d'une inquiétante dérive démocratique. » Forcément, le contraste est saisissant. Cependant, la commission qui visite les locaux le 17 décembre dernier, note également « des locaux disparates et une architecture compliquée ».

Soupçons et ambiguïtés

Plus que la forme, l'opposition interroge le fond du dossier Comédie. « Pourquoi le projet ne figurait-il pas dans la liste des biens en vente alors que les négociations ont démarré dès 2015 ? », s'enquiert Françoise Grolet (FN), « pourquoi l'offre du favori, le groupe Heintz, ressemble trait pour trait à l'appel d'offre ? Il y a d'autres pistes à explorer pour mettre en valeur ce bâtiment ».

 

L'idée d'un hôtel haut de gamme ne déplaît pas Patrick Thil. Comme la plupart des élus d'opposition, ce féru d'histoire et de patrimoine plaide en faveur d'un bail emphytéotique. « J'ai rencontré Monsieur Heintz (PDG du groupe éponyme, NDLR) lors d'un dîner organisé par le cercle Charlemagne. Je lui ai demandé pourquoi il refusait un bail emphytéotique. Il m'a répondu : ça n'est pas mon intérêt. Votre intérêt, Monsieur le Maire, c'est la ville de Metz », relate ce dernier. Emmanuel Lebeau enfonce le clou par une anaphore à la Hollande : « Est-il normal d'utiliser Metz Métropole Développement alors que vous en êtes président pour un appel à projet ? Est-il normal que des pressions aient été exercées sur le restaurateur du Théâtris ? Est-il normal que l'offre du groupe Heintz soit de 657 € / m2 quand le prix moyen à Metz oscille entre 1700 et 2500 € / m2 ? Classons ce dossier qui a jeté un voile sombre sur votre intégrité à la verticale ! »

« Aucune décision n’est prise », mais...

« Trop d'ambiguïtés, de questions, de doutes subsistent », poursuit Marie-Jo Zimmermann. « Le problème, ça n'est pas le projet, c'est la vente », parachève Nathalie Colin-Oesterlé, « ce mélange des genres ne fait pas du bien à la politique. » Face au tollé, Guy Cambianica dénonce « un festival de fake news ». Visé sans le nommer pour ses récentes déclarations dans la presse susceptibles de laisser penser que le groupe Heintz détenait les faveurs de la ville, Gilbert Krausener, le président de la commission, assure « qu'aucune décision n'est prise ». « Nous avons pris connaissance des deux projets – celui du groupe immobilier parisien Histoire et Patrimoine et du groupe Heintz, NDLR –, tous deux remarquables. Par rapport à l'appel d'offre, je le redis, une réponse correspond le mieux. L'idée du bail emphytéotique n'est pas totalement rejetée, nous allons engager la discussion. »

« Aller au bout »

« En aucun cas, à aucun moment l'idée n'a germé dans ma tête de céder cet immeuble. Un hôtel de prestige dans un endroit prestigieux au bénéfice de la Métropole, voilà mon idée », répète Dominique Gros, plusieurs fois mis en cause directement, « je me suis donc adressé à Metz Métropole développement, que je préside, pour réfléchir à la capacité hôtelière de Metz. Une étude a été confiée au cabinet Pivadis. La photographie est belle à l'extérieur, à l’intérieur, il n'y a rien de logique. Seulement cinq promoteurs se sont manifestés. J'ai failli abandonner. Quant à un bail emphytéotique, je n'ai pas de religion en ce qui concerne la propriété », conclut l'édile bien décidé à « aller jusqu'au bout de la procédure ».

 



9 réactions

Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

Par Hertu
 • messin
05/02/2018 • 13:08

Le quartier de l'amphithéâtre va devenir de plus en plus emblématique de la ville de Metz... Avec lz centre des congrès, Le restaurant Roth, l'hôtel Starck, le Starbuck, le cinéma... et aussi tous les habitants qui ne sont pas encore là.

Bravo au maire de Metz Gros et à Lioger pour cette performance.

Et je suis moi aussi un messin qui observe et qui a le souci de l'avenir de la ville 

Par Mesine
 • Retriaitee
05/02/2018 • 00:41

Inutile de nous donner Nancy ou Strasbourg en exemple ! Dominique Gros n’est pas Rossinot et les alsaciens eux savent se federer pour que leur ville deviennent « la capitale  » européenne . Notre ville méritait d’etre Mieux « traitée » La création du Quartier de l’amphithéâtre résultat d’une urbanisation catastrophique a côté du Centre Pompidou qui méritait un environnement plus choisi ne satisfait pas la plupart des messins. Depuis des décennies les candidats nous promettent un petit marais pour le quartier outre seille, un cœur de ville redynamise où le commerce serait florissant !!! Mais ouvrez donc vos yeux. Regardez donc le nombre de cellules commerciales vides. Au lieu de faire en sorte de pérenniser l’avenir du Centre St Jacques on lui oppose Muse (qu’elle horreur d’ailleurs) Au lieu de favoriser une Véritable politique de revalorisation de l’habitat du Centre Ville l’orgueilleux Maire de Metz fait absolument le contraire . Il reprochait à son prédécesseur Son autoritarisme mais il est pire. En ce qui concerne l’immeuble de la Place de la Comédie ce n’est’pas tant le projet lui même pour transformer cette partie de l’ensemble architectural qui pose problème mais ses liens personnels avec André Heintz. Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles car comment peut’til Seulement faire croire aux messins qu’il ne le connaissait pas ? Un père quand il met de l’argent au LUXEMBOURG pour prendre des participations dans l'entreprise De son fils ne cherche t’il pas à connaître les autres « actionnaires » ???? Il fut un temps où M. Barthélémy proposait de transformer la Caserne Ney en Centre de luxe au moment où se dessinait la restructuration de la Place de la République qui est devenue finalement un champ de Foire. La majorité actuelle est passée à côté d’une renaissance de METZ et en a entamé son déclin ! Interrogez donc les messins, faites donc un sondage et vous serez très certainement surpris car on ne vient plus « acheter dans la cité messine où le rackett en matière de stationnement fait maintenant fuir même les plus fidèles.
MEtz la commerçante du temps du regretté Armand Knecht avec ses campagnes commerciales c’est fini. FINI comme Messmer l’a asséné pour LIP, il n’y a plus de locomotive et essayer de faire croire qu’il y aura un lien entre la VIEILLE ville et l’arrière de la Gare c’est de l'utopie, la mayonnaise de prendra pas. Maintenant on attend Starck ! Alors le 4 étoiles de la Comédie ce n’est pas pour demain, même si Comédie il y a. 

Par Esteban
 • Chercheur
04/02/2018 • 23:31

Comme dit Moi, il faut que Dominique Gros tienne bon (surtout vu les commentaires ici, cela fait peur). Le travail du maire en 10 ans est exceptionnel pour la ville de Metz.

Pour la politique de la ville de "Jadis et Naguère", Rimbaud l'aurait bien résumé ainsi : "Mais vous finirez toujours comme des satisfaits qui n’ont rien fait, n’ayant rien voulu faire."
 

Par rudemonde
 • resistant
04/02/2018 • 10:22

Il est indéniable que la ville a été bien transformée en 10 ans.
De Metz capitale de Lorraine, on est passé à « Metz capitule ».
Sans doute une des périodes les plus sombres de Metz, hors temps de guerre et d’ annexion. 

Par Moi
 • Citoyen messin
03/02/2018 • 22:02

Moi je dis bravo au maire de Metz. Il a su transformer sa ville en 10ans.

Tenez bon monsieur Gros. Les critiques fusent de la part de vos opposants qui n'ont aucune vision d'avenir pour la ville.
Ils dénigrent le centre Pompidou, trouvent que le centre des congrès est inutile parce qu'il y en a un à Nancy. Niveau zéro de raisonnement.

Mais je vous sais assez entêté pour aller jusqu'au bout de cette belle démarche d'hôtel 4* à Metz... 

Par rudemonde
 • resistant
03/02/2018 • 17:21

Cet appel d offre "sur mesure", publié dans la tres confidentielle revue "les tablettes lorraine" pour s assurer une certaine discetion tout en respectant formellement les regles, est une mascarade. Il faut reprendre ce dossier depuis le début ! 

Par perry57
 • contribuable actif
02/02/2018 • 17:33

"Les amis de mes amis sont mes amis",...on connait déjà le gagnant. Voilà un dossier menait en toute "transparence" si je puis dire. 

Par Vigile
 • retraite
02/02/2018 • 17:31

75 ans... Seulement... Est-il sérieux ? Qu'attend on pour imposer aux élus leur départ à la retraite à 65 ans au plus tard, comme c'est le cas pour leurs concitoyens. Place aux jeunes !  

Par Jean
 • Cadre
01/02/2018 • 18:47

Il faut amener de la vie à Metz et sur cette place. Un hôtel 4 étoiles ça aurait de la gueule a 

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Tout foot !
Tout foot !
Livres d\'enfants
Livres d'enfants
Cinéblog
Cinéblog
Les éditos
Les éditos

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales
espace_abonnes_2.png