Metz

Mémoire
Le temps de l’exil intérieur pour 300 000 Mosellans

Par La rédaction de LA SEMAINE • La rédaction • 10/11/2009 à 17h03

Commentaire Envoyer Imprimer

Des panneaux, des témoignages, des cartes, des photos, quelques papiers et objets. Les Archives départementales présentent, une exposition intitulée « Un exil intérieur, l’évacuation des Mosellans septembre 1939-octobre 1940. » Une histoire méconnue du grand public d’aujourd’hui, mais gravée dans la mémoire des plus anciens.

Le 1er septembre 1939, l’Allemagne envahit la Pologne. En France, et plus particulièrement en Alsace-Moselle, cette date correspond au déclenchement d’une première vague d’évacuation de population, celle de la « zone rouge ». Cette bande de terre d’une dizaine de kilomètres de large, située le long de la frontière allemande, en avant de la ligne Maginot, a été volontairement sacrifiée lors de la construction de la ligne défensive afin d’éviter tout incident diplomatique avec le voisin allemand. Les autorités politiques et militaires, soucieuses de préserver la population de la zone et de laisser le champ libre au mouvement des troupes, ont élaboré un certain nombre de plans devant permettre une évacuation ordonnée si le contexte international l’exigeait. Ainsi, en quelques heures, les habitants de la zone rouge durent quitter leurs villages pour être acheminés vers les lointains départements de la Vienne, de la Charente et de la Charente-Inférieure et, dans une moindre mesure, de la Loire, de la Saône-et-Loire et du Pas-de-Calais.

La population de 300 communes…

A partir du 10 mai 1940, le déclenchement de la bataille de France entraîne une seconde vague d’évacuation, celle de la zone arrière de la ligne Maginot. Au total, les deux phases confondues, plus de 300 000 Mosellans sont exilés, soit la population de 300 communes.

A l’occasion  du 70e anniversaire de l’évacuation, le Conseil Général de la Moselle, en partenariat avec la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences, organise une exposition retraçant cette histoire particulière peu connue de la jeunesse d’aujourd’hui. Au travers des panneaux de l’exposition, mais également grâce aux nombreuses manifestations s’y rattachant, il est possible d’appréhender les grandes phases de l’évacuation depuis son organisation préalable durant l’entre-deux-guerres, jusqu’au retour de la majorité des personnes concernées en septembre-octobre 1940.

Un_exil_int_rieur_2

L’exposition est présentée comme un patchwork de documents où les points de vue et les supports sont multipliés afin de donner du sens, de confronter les regards. Ainsi on y apprend que 200 000 à 210 000 Mosellans de la zone rouge (ou zone avant) furent évacués en septembre-octobre 1939, habitants de 208 communes. « C’est une surprise immense pour les Lorrains transplantés sur les rives de la Vienne et de la Charente, dans les stations balnéaires de Royan, Châtelaillon et Angoulins, dans les corons du Pas-de-Calais et dans des baraques autour de Saint-Etienne. Surprise culturelle, alimentaire et même professionnelle ; dépaysement linguistique, scolaire et même religieux ; difficultés d’acclimatation personnelle, d’adaptation familiale et d’organisation collective » explique Béatrice Balland qui fait visiter l’exposition.

92 000 habitants de 92 communes partirent en mai-juin 1940. Parallèlement au rapatriement des réfugiés, ont lieu les premières vagues d’expulsion (en tout 100 000 personnes).1ère vague à la mi-juillet 1940, essentiellement arrondissement de Thionville-ouest, 2e vague le 16 août,3e vague entre le 11 et le 21 novembre, essentiellement arrondissements de Metz-campagne, Sarrebourg et de Château-Salins. 4e vague, dite des « options », avril 1941.

… et 100 000 expulsés

« Je souhaite que cette page d’histoire, que nous compléterons l’année prochaine lorsque nous évoquerons l’histoire des 100 000 expulsés, soit appropriée par les plus jeunes des Mosellans, comme faisant partie d’une histoire nationale complexe et diverse » dit Philippe Leroy président du Conseil général.

>> L’expo est à découvrir jusqu’au 7 mai 2010 au service départemental d’Archives de la Moselle,1 allée du Château à 57070 Saint-Julien-lès-Metz, tél. 03 87 78 05 04 et à la Médiathèque de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences 4 chaussée de Louvain 57200 Sarreguemines Tél. 03 87 28 60 75 jusqu’au 31 janvier. Entrée libre.



Réagir, Commenter, Répondre...

lire la charte des commentaires              Signaler un abus

 
 

Je m'inscris
à la newsletter
Jour de Semaine


 
En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir la lettre d'information quotidienne « Jour de Semaine »

Blognotez avec...

avec les journalistes, experts ou passionnés de La Semaine

Les éditos
Les éditos
Tout foot !
Tout foot !
Pierre Tarib\'log
Pierre Tarib'log
Cinéblog
Cinéblog

 

Identifiez-vous

espace-abonnes_3.png

newsletter-new.jpg
contact-new-2.jpg
pub-new-2.jpg

Annonces judiciaires et légales